L’Egypte souhaite exporter ses 10 GW de surplus vers l’Europe et le reste de l’Afrique

L’Egypte souhaite exporter ses 10 GW de surplus vers l’Europe et le reste de l’Afrique

L’Egypte est en pourparlers pour exporter ses 10 GW d’électricité excédentaire. Elle vise à cet effet par le marché européen, la Grèce et Chypre notamment, mais également celui africain. Le Fonds souverain du pays a obtenu l’aval du gouvernement pour négocier les arrangements financiers nécessaires.

L’Egypte a entamé des discussions sur ses ambitions d’exporter de l’énergie en direction des autres pays de l’Afrique et vers l’Europe. Le pays compte s’appuyer sur sa production à faible coût à partir des énergies renouvelables pour devenir un hub énergétique régional, a affirmé Ayman Soliman, le PDG du Fonds souverain égyptien. « Nous sommes en discussion avec des investisseurs européens en infrastructure, les conseillers et les traders en énergie pour évaluer la viabilité de cette option ainsi que l’appétit des marchés. Nous sommes intéressés par les économies industrialisées qui ont besoin d’énergie et sont soucieuses de préserver leur environnement », a affirmé le responsable.

Le pays qui exporte déjà du gaz, produit actuellement 50 GW d’électricité, dont 10 GW d’excédent. Il produit actuellement 8,6 % de son énergie à partir du renouvelable et compte faire passer cette part à 20 % d’ici 2022 et à 40 % d’ici 2035. Cet excédent contraste avec le déficit énergétique auquel le pays a dû faire face durant la décennie écoulée, principalement en 2013 en raison de sa croissance démographique particulièrement soutenue.

Le Fonds souverain égyptien a obtenu l’aval du ministère de l’Energie pour engager des investisseurs sur ce plan d’exportation d’énergie. « Nous identifions des acteurs pertinents en Afrique afin de les associer à ce plan et sommes également en discussion avec plusieurs fonds souverains », a affirmé Ayman Soliman.

Le pays qui est déjà raccordé à la Jordanie et à la Libye a conclu un accord d’établissement d’une interconnexion électrique avec Chypre et la Grèce. Le fonds recherche des partenaires, aussi bien locaux qu’étrangers, désireux de cofinancer les lignes de transmission.

Ecofin

MDI School