Sahbi Othmani, DG de NCA Rouiba : «Les analyses effectuées en Libye ont démontré la conformité de nos produits»

NCA Rouiba
Sahbi Othmani, DG de NCA Rouiba

Le Directeur Général de NCA Rouiba Sahbi Othmani a affirmé ce mardi 19 février 2019 à Alger, que son entreprise a effectué des analyses sur ses produits exportés en Libye dans un laboratoire de ce pays, et les résultats ont conclu que les produits sont conformes.

 «Nous avons effectué des analyses dans un laboratoire en Libye et on a même envoyé des analyses à Malte, et les résultats indiquent que tout est conforme», a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée au siège de NCA Rouiba à la zone industrielle de Rouiba à Alger.

Il a expliqué que «cette affaire en Libye a démarré avec un média international. Pourquoi ils ont ramené un photographe professionnel pour filmer un fardeau de Rouiba ?», s’est interrogé le dg de NCA Rouiba. pour lui c’est une campagne malintentionnée menée contre les exportations et l’économie algérienne. «Montrez-nous pourquoi nos produits ne sont pas conforme ? Quel est le taux qui est inférieur ? Vu que l’enjeu de l’export est important pour l’Algérie», a-t-il ajouté.

Selon M. Othmani, il ne s’agissait aucunement de produit interdit ou dangereux pour la santé du consommateur, mais, d’un problème d’étiquetage présentant une différence de 0,4% de moins de teneur en fruits dans le produit.

Il a affirmé que c’est une affaire de péremption de ces produits en raison des blocages pendant 8 mois de ces produits. Il a précisé que les 140 000 caisses de jus ont été produites en deux jours et expédiées en juin 2018, elles sont arrivées en Libye fin septembre dernier. Pourquoi on nous refuse seulement 5000 caisses et non pas toute la cargaison ?», s’est-il interrogé.

Une campagne planifiée contre l’Algérie et son économie.

Sahbi Othmani a considéré que ce qui s’est passé en Libye a été une campagne planifiée contre l’Algérie et son économie. «Ils ont voulu frapper les exportations algériennes, à travers Rouiba. Parce que, cette dernière, est à l’avant-garde dans l’export en Algérie», a-t-il estimé.

«Pourquoi il y a eu tout ce bruit. Ce n’est pas parce que Rouiba est très importante, c’est parce que, l’export est très important pour l’Algérie. Et s’ils touchent à notre image à l’international, ils toucheront à toute l’Algérie», a lancé le DG de Rouiba.

Il a tenu à souligner que cette affaire n’est pas politique mais «une guerre commerciale et naturelle». Selon lui, le marché libyen de boissons est très important, et tous les opérateurs se battent dessus. «Ce sont des centaines de millions de litres par an. La Libye a entre 4 et 5 millions d’habitants, mais, la valeur de la consommation de boissons équivaut à celle de l’Allemagne. Leurs usines sont toutes à l’arrêt, et ils importent tous», a-t-il expliqué.

Selon lui, ce qui s’est passé en Libye  arrive, et  arrivera tout le temps. «S’il y a vraiment un problème, il faut qu’on soit sanctionné, et contraint à le corriger», a-t-il estimé, en affirmant que, c’est une affaire futile à laquelle il ne faut pas donner trop d’importance. Selon lui, cette affaire n’a eu aucun impact sur l’entreprise.

«Nous avons choisi depuis 10 ans de travailler sur l’export. Rouiba pour nous et au-delà d’être une entreprise privée, c’est une entreprises qui appartient à tous les algériens. Depuis 50 ans, les algériens ont grandi avec Rouiba. Elle fait partie du patrimoine algérien. Nous, quand on parle de Rouiba à l’étranger on parle de l’Algérie. Si l’on touche à Rouiba ou Hamoud Boualem ou à d’autres marques à l’étranger c’est qu’on a touché au patrimoine algérien.

 «La qualité est notre slogan»

S’agissant de la production, Sahbi Othmani a fait savoir qu’en haute saison, «on peut arriver jusqu’à 1 millions de bouteilles par jours de production. Rouiba produit environ 250 millions de bouteilles par an. Et nous avons des équipes qui travaillent 24h/24, et les contrôleurs de qualité ne dorment pas. Parce que, notre continuité est liée à la qualité».

«Rouiba aujourd’hui, s’est taillé une renommée, qui ne lui permet pas de jouer ou de négliger la qualité», a-t-il déclaré. expliquant  que, la qualité à son prix et que  Rouiba est le produit qui contient le moins de sucre en Algérie.

Selon le DG de Rouiba il est facile de négliger la qualité. «On met de l’eau et du colorant, on vend à 10 DA, et on lance une vingtaine d’usines. Mais, où est la conscience dans tout cela», a-t-il estimé, en ajoutant que «ce n’est pas dans cette maison (Rouiba) qu’on fait ça. La qualité c’est notre slogan.

Ce qui s’est passé (en Libye), non seulement Rouiba représente toute cette dynamique à l’export initiée par le ministère du commerce, dérange. Il y a des pays qu’elle dérange. Pas en détestant l’Algérie, mais, parce qu’on va lui ôter des parts de marchés à l’international. Chose qui est normale. On doit nous-mêmes nous défendre à l’international.

Bessa, Résidence la Pinède