AccueilénergieL'Opep optimiste pour la demande mondiale de pétrole en 2022

L’Opep optimiste pour la demande mondiale de pétrole en 2022

- Advertisement -

Les cours du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ont baissé de 1,9% en novembre dernier, selon le dernier rapport mensuel de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), publié ce lundi 13 décembre 2021, sur son site officiel.

Le prix du brut algérien a perdu 1,57 dollar en novembre dernier, passant de 83,54 dollars/baril en octobre 2021, à 81,97 dollars/baril au mois de novembre 2021, soit une baisse de 1,9%, selon le même rapport.

The graduate Fair

Selon le même rapport de l’Opep, la production pétrolière de l’Algérie était de 959.000 barils/jour en novembre dernier 949.000 barils par jour en octobre 2021, de 937.000 barils par jour en septembre 2021.

La demande de pétrole du 4e trimestre 2021a été légèrement ajustée à la baisse, principalement pour tenir compte des mesures de confinement du COVID-19 en Europe et l’impact potentiel de la nouvelle variante Omicron COVID-19, selon le même rapport qui a précisé que la prévision pour 2022 est également maintenue inchangée à 4,2 millions de barils/jour.

En effet, une partie de la reprise précédemment attendue au 4e trimestre 2021 est désormais reportée au 1er trimestre 2022, suivie d’une reprise plus régulière tout au long du 2e semestre 2022.

L’impact de la nouvelle variante Omicron devrait être léger et de courte durée, alors que le monde devient mieux équipé pour gérer COVID-19 et ses défis connexes. Cela s’ajoute aux perspectives économiques stables dans les économies avancées et émergentes, selon le rapport du cartel.

En 2022, la demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 4,2 millions b/j, en glissement annuel, compte tenu de l’amélioration du COVID-19 la gestion et l’augmentation des taux de vaccination, permettant à l’activité économique et à la mobilité de revenir aux niveaux d’avant la pandémie, soutenant les carburants de transport dans particulier, a indiqué l’Opep dans son dernier rapport mensuel.

La demande de pétrole de la zone OCDE devrait augmenter de 1,8 millions barils/jour en 2022, alors que la zone hors OCDE devrait augmenter de 2,3 millions b/j, soutenu par une dynamique soutenue des activités économiques, en particulier la Chine, l’Inde et les autres pays d’Asie.

Pendant ce temps, à mesure que les taux de vaccination augmentent, l’impact de la variante Omicron est devrait être doux et de courte durée.

Côté offre, la croissance hors OPEP en 2021 est estimée à 700.000 b/j, impactée par des arrêts de production majeurs en 2021, en raison des conditions météorologiques et des accidents, de la maintenance prolongée et imprévue, ainsi que des mesures de sécurité liées au COVID-19 dans les plates-formes offshore et les zones de forage.

En revanche, les participants non membres de l’OPEP à la Déclaration de coopération (DoC) continuent de remettre leurs volumes prévus sur le marché. Les principaux moteurs de la croissance en 2021 pour l’offre hors OPEP auraient été le Canada, la Russie et la Chine, selon l’Opep.

En 2022, l’offre hors OPEP devrait connaître une croissance robuste de 3 millions b/j, en glissement annuel, grâce à une augmentation progressive attendue des activités de forage et de complétion aux États-Unis, conduisant à une croissance attendue de 600.000 b/j production de pétrole.

Les États-Unis et la Russie devraient contribuer aux deux tiers de la croissance totale attendue, suivis par Brésil, Canada, Kazakhstan, Norvège et Guyane.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine