HomeEntreprises-ManagementCogral redevient propriété de l'Etat

Cogral redevient propriété de l’Etat

Après l’usine « Nurtris« , en cours de réalisation et située dans la wilaya de Jijel, c’est au tour de Cogral, une autre société des frères Kouninef, de redevenir propriété de l’Etat.

Après un arrêt qui a duré environ deux ans, la filiale « Cogral », située dans l’enceinte du port d’Alger et qui appartenait au groupe KouGC des frères Kouninef, doit reprendre ses activités dès ce lundi 15 novembre 2021, rapporte le journal Liberté, précisant que la société, qui produit notamment de l’huile de table, fait partie désormais du groupe public Agrodiv, dont les activités portent sur des domaines aussi divers que la production, la conception, la commercialisation, y compris l’importation et l’exportation de produits résultant de la transformation des matières premières issues de l’agriculture, de l’élevage ou de la pêche.

« Les formalités exigées par la procédure de transfert de propriété ont été accomplies », a indiqué une source du groupe Agrodiv à Liberté. « Elle reprendra aujourd’hui (lundi 15 novembre) ses activités après une longue interruption (environ deux années) », a précisé la même source, qui a ajouté : « Nous avons procédé à des essais très complets et nous allons poursuivre les activités de la filiale. »

« Avant sa mise à l’arrêt, en 2019, Cogral disposait d’importantes capacités de production, elle s’apprêtait à réceptionner plusieurs nouvelles lignes de production, dont une unité de raffinage d’une capacité de 400 tonnes par jour », a rappelé le journal, qui a précisé que « l’entreprise avait connu, pendant deux ans, de grandes difficultés. Ses comptes avaient été bloqués dans le cadre des poursuites judiciaires contre trois des principaux actionnaires, les frères Kouninef, ainsi que le gérant du groupe KouGC. » Les frères Kouninef ont été condamnés à de la prison ferme pour « trafic d’influence », « blanchiment d’argent » et « obtention d’indus avantages ».

« Cogral » avait été acquise par les Kouninef au début des années 2000, époque durant laquelle l’Etat avait initié un large programme de privatisation des sociétés publiques non stratégique et pour lesquelles il existait une forte concurrence du secteur privé.

L’usine « Nutris » relève du Groupe public Holding Madar

Pour rappel, l’usine « Nutris » de trituration des graines oléagineuses, située dans la commune Taher dans la wilaya de Jijel, est également devenue propriété de l’Etat, avait annoncé en octobre dernier, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, qui avait inspecté les différentes unités de l’usine, en cours de réalisation et dont le taux d’avancement des travaux de l’usine est estimé à 70 %.

« Nurtris » relève désormais du Groupe public Holding Madar. Selon le ministre de l’Industrie, le transfert de propriété de cette usine au Groupe public Madar holding est de nature à « booster davantage le rythme des travaux de réalisation de ce projet après plus de deux années d’arrêt », estimant qu' »une fois opérationnelle, cette usine devra mettre fin à la spéculation et le monopole sur l’huile de table et les aliments de bétail ».

Soulignant l’intérêt accordé par le gouvernement quant à l’achèvement de cette usine pour qu’elle soit mise en services « dans les plus brefs délais possibles ». M. Zeghdar avait indiqué s’être déplacé à Jijel sur « ordre du Premier ministre pour s’enquérir de la situation de cet investissement » appelé à constituer un ‘plus’ pour l’économie nationale en matière de production d’huile de table et d’aliments de bétail ».

Le ministre avait indiqué que les diverses procédures administratives ont été accomplies pour relancer cet investissement important auquel des partenaires étrangers sont associés, affirmant la nécessité de travailler 24 heures sur 24 pour réduire le délai de réalisation fixé à 14 mois.

En mars dernier, lors d’un conseil des ministres, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait chargé le ministre du Commerce « de la recherche d’une solution immédiate pour engager le transfert de propriété de l’usine de Jijel de production de l’huile de table suite aux jugements définitifs rendus contre les anciens propriétaires, et à accélérer sa remise en production ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine