Accord d’association avec l’UE: l’Algérie perd plus de 2 mds $

Forte contraction du commerce au premier semestre 2020

En raison d’une mauvaise application de l’Accord d’association conclu avec l’Union Européenne, l’Algérie a accusé une perte fiscale de plus de deux milliards de dollars. C’est ce qu’a révélé aujourd’hui, la directrice de la Chambre Algérienne du commerce et de l’industrie Wahiba Bahloul.

S’exprimant, à l’émission « L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 » de la Radio Algérienne, Mme Bahloul juge capital d’en revoir les clauses, et ce, en raison des aspects relatifs à l’investissement n’ont pas été pris en compte par l’Union Européenne « parce que mal négociés » par la partie Algérienne.

« Si l’on a mal négocié, c’est en raison du contexte politique qui régnait alors en Algérie. Pour elle, il faudrait remettre en question le contenu de cet accord, d’autant que le programme du gouvernement incite à le faire », a-t-elle indiqué.

Concernant l’accord avec la Zone Arabe de libre échange, Mme Bahloul signale qu’il a été demandé à l’Algérie de le faire appliquer immédiatement. Nous avons, dit-elle, pris le train en marche, alors que nous n’étions pas préparés ». Le résultat, constate-t-elle, « parce qu’il a été mal négocié », des marchandises égyptiennes et jordaniennes,  ont pénétré le pays au détriment de celles produites localement.

L’investissement étranger toujours encouragé

La directrice de la Chambre Algérienne du commerce et de l’industrie a insisté, par ailleurs, sur la nécessité de s’ouvrir aux investissements nationaux et étrangers, « mais avec des préalables ». Pour elle, ces préalables sont tributaires d’une stabilité juridique, jugeant  qu’on ne saurait, par exemple, changer des textes ou les abroger sans discernement.

Pour attirer les investissements, il faut, ajoute-t-elle, instaurer la confiance entre les pouvoirs publics et les opérateurs économiques nationaux et étrangers « afin de leur donner plus de garanties ».

Pour ce qui est de l’abolition de la règle 51/49 relatifs aux secteurs non stratégiques,  consacrée par la nouvelle loi de Finances, l’invitée déclare attendre de voir  publiés « le plus tôt possible », les textes d’application, afin, dit-elle, que ces opérateurs puissent être fixés sur les secteurs à investir.

MDI School