GNL : Sonatrach envisage d’augmenter ses exportations vers l’Asie

Affaire Sonatrach 1 : Report du procès à la prochaine session criminelle

La compagnie pétrolière nationale Sonatrach «espère accroître ses exportations de GNL (Gaz naturel liquéfié) vers l’Asie dans les années à venir, dans le but de diversifier ses destinations d’exportation et de mieux utiliser ses capacités de production de GNL», a déclaré ce jeudi 22  novembre 2018, Ahmed El Hachemi Mazighi, Vice-Président marketing de Sonatrach, cité par l’agence S&P Global Platts.

S’exprimant lors d’une conférence à Paris (France), Mazighi a expliqué que, même si l’Europe demeure le principal marché de l’Algérie en termes d’exportation de gaz, elle espère développer ses expéditions de GNL vers l’Asie.

L’Europe représente actuellement 95% des 50 milliards m3/an exportés par l’Algérie. Toutefois, Selon M. Mazighi «la part de l’Europe représenterait environ les deux tiers de ses exportations à l’avenir», et le reste serait expédié vers l’Asie. «L’Asie représente une belle opportunité de diversification pour la Sonatrach», a déclaré Mazighi.

Sonatrach prévoit d’utiliser sa capacité de liquéfaction de GNL en réserve pour cibler les marchés asiatiques, avec un taux d’utilisation actuel du GNL de 72% permettant des exportations plus importantes à l’avenir.

Selon la même source, pour renforcer ses ambitions asiatiques, Sonatrach a récemment commandé deux nouveaux méthaniers (navires de transport de GNL) «Ougarta» et «Tessala» d’une capacité de 170 000 tonnes de GNL chacun, permettant ainsi des déplacements plus économiques vers des destinations plus lointaines.

A noter que, la majorité de la flotte de GNL de Sonatrach est composée de navires plus petits qui ont tendance à faire la navette entre l’Algérie et l’Europe.

Cependant, selon la même source, l’Algérie devrait faire face sur le marché asiatique à la concurrence des pays comme les USA et l’Australie.

En outre, Mazighi a estimé que «les perspectives de la demande européenne semblent incertaines», en raison de la concurrence des énergies renouvelables. «La taille du gâteau est en train de diminuer», a-t-il déclaré, ajoutant que la concurrence sur le marché européen est intense.

Mazighi a indiqué que Sonatrach tente de «s’adapter aux nouvelles conditions du marché par le biais de structures de contrat différentes».

«La volatilité en Europe est plus élevée qu’en Asie ou aux Etats-Unis, donc cela, encourager à négocier des contrats de courte durée», a-t-il déclaré. «Qu’est-ce que cela signifie pour Sonatrach? Nous voulons poursuivre l’optimisation de notre portefeuille en Europe par le biais de contrats à long terme de pas plus de cinq ans ou de contrats de courte durée de moins de deux ans», a précisé le responsable de Sonatrach.

Selon les données de S&P Global Platts, en 2017, l’Algérie a exporté 49,3 milliards de m3 par pipeline et GNL. Ces données excluent les volumes fournis au Maroc et la Tunisie, estimés à environ 4 à 5 milliards de m3.

Selon les mêmes données, les exportations de GNL ont atteint 16,8 milliards de mètres cubes, et la grande partie a été destinée aux marchés espagnol, français, grec, italien et turc.

Colloque MDI