Bedda : « il est encore tôt, pour parler de la dissolution de l’APN »

Mahdjoub Bedda

Le ministre des relations avec le parlement Mahdjoub Beda, a réagi ce matin à la crise qui secoue ces jours-ci la chambre basse du parlement d’une manière très réservé, indiquant qu’il est encore précoce de parler de la dissolution du parlement.

Concernant en marge des questions orales au Séant sur les conséquences du gel du travail des commissions du parlement, le ministre a indiqué que « tant qu’il y a crise cela affectera surement l’étude des projets de loi, qui seront retardés, mais cela ne durera pas longtemps » a-t-il souligné., ajoutant que « nous avons encore du temps pour l’étude des projets de loi ».


Lire aussi: Que deviendra la loi de finance en cas de dissolution de l’APN ?


Toutefois, Bedda a indiqué « nous représentons l’exécutif et le problème est au niveau de la chambre basse et nous suivons à notre niveau ce qui se passe car le parlement est notre partenaire».  Le ministre qui est aussi un responsable dans le FLN a expliqué que « notre rôle est de coordonner entre les deux chambres ».  « Nous cherchons la stabilité dans les institutions, et le gouvernement suit de prêt ce qui se passe dans l’hémicycle».

Pour rappel, la coalition composée de la majorité qui s’est formée au niveau de l’APN exige depuis vendredi la démission du président de l’APN Said Bouadja qui tient toujours à son poste, poussant la crise au maximum, ce qui peut induire la dissolution de l’assemblée en cas ou la crise perdure.

MDI Alger