Le chiffre d’affaires de Boehringer Ingelheim Mena en hausse de 16% en 2016

Boehringer Ingelheim Mena

« Le chiffre d’affaires de Boehringer Ingelheim Moyen-Orient – Afrique du Nord (MENA) a augmenté de 16% en 2016 », indique un communiqué de l’Agence de communication Les Pros de la Presse, qui rapporte les données de la conférence de presse relative au bilan de l’entreprise de recherche pharmaceutique.

En valeur, il est révélé « une augmentation du chiffre d’affaires à près de 15,9 milliards d’euros (hors effets de change : +7,3 % ; sur une base en euros : +7,1 %), une amélioration du résultat d’exploitation à près de 2,9 milliards d’euros, une hausse dans la marge bénéficiaire de 18.1%, une croissance globale de 16%, et 15 lancements de produits et 20 autorisations de marché. »

Notre source précise que « les Emirats Arabes Unis (EAU) et l’Arabie Saoudite sont leaders en termes de performance réalisée au titre de l’exercice 2016 ».

« Aussi bien notre pharmaceutique humaine que les médicaments du secteur de la santé animale ont contribué à notre évolution commerciale positive grâce à leurs taux de croissance élevés », a affirmé  Hubertus von Baumbach, P-dg de l’entreprise, à l’occasion de la présentation du bilan.

« Outre ces performances, Boehringer Ingelheim, poursuit-on, a, parallèlement, terminé comme prévu la reconversion de l’entreprise et se concentrera désormais sur la pharmaceutique humaine, la santé animale et la fabrication sur commande biopharmaceutique. »

La part du lion pour les médicaments sur ordonnance: 12 milliards d’euros

« L’augmentation du chiffre d’affaires en 2016 a dépassé nos attentes », a souligné Simone Menne, membre de la direction de l’entreprise responsable des finances. « Cela est dû au placement réussi de nos produits novateurs ainsi qu’à la position favorable sur le marché de nos médicaments établis. », précise-t-elle. « Par ailleurs, l’obtention d’un versement convenu dans le cadre d’une coopération avec AbbVie dans le secteur des maladies immunitaires a permis d’appuyer cette évolution positive. », argumente-t-elle.

Le communiqué rapport que « les médicaments sur ordonnance, le plus grand secteur de Boehringer Ingelheim, a augmenté hors effets de change de 7,4 % à près de 12 milliards d’euros (sur une base en euros: +7,5 %). Avec un chiffre d’affaires de presque trois milliards d’euros, le traitement respiratoire de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est resté le médicament le plus vendu », ajoutant que « la Santé animale a, elle, atteint en 2016 un chiffre d’affaires de près de 1,5 milliards d’euros, soit plus de 9 % du chiffre d’affaires global ».

On y lit aussi que « la fabrication sur commande biopharmaceutique a atteint 613 millions d’euros de chiffre d’affaires, alors que l’automédication a contribué pour la dernière fois au chiffre d’affaires de l’entreprise, car il appartient à Sanofi depuis le1er janvier 2017. L’année dernière, Boehringer Ingelheim a réalisé dans ce secteur presque 10 % du chiffre d’affaires global, avec près de 1,6 milliard d’euros », indique-t-on.

R&D : 4% des dépenses globales réservées

Il est rapporté dans le document dont nous détenons une copie qu’« en termes de dépenses relatives à la Recherche et Développement (R&D), l’entreprise avait de nouveau augmenté les dépenses de recherche atteignant les 4 %, correspondant à  près de 3,1 milliards d’euros. »

Précisant : « dans le secteur de la pharmaceutique humaine, l’entreprise travaillera sur d’autres innovations importantes dans les domaines thérapeutiques, telles les maladies respiratoires, maladies cardio-métaboliques, maladies du système nerveux central et immunologie, et l’oncologie ».

« En 2016, poursuit-on, il a été lancé dans toute la région Mena 14 produits couvrant de multiples domaines thérapeutiques tels que l’hypertension, le diabète de type 2, les accidents vasculaires cérébraux et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). La société a déposé, dans la région META, un total de 23 produits concernant plusieurs domaines thérapeutiques ».

2 500 emplois supplémentaires créés en 2016

Le communiqué rappelle que « grâce au rachat réussi de l’activité Santé animale à compter du 1er janvier 2017 auprès de Sanofi Merial, le nombre d’employés a grimpé à près de 50000 employés, contre 47 500 auparavant à travers le monde ».

De plus, Enrique Manzoni, Directeur Général de Boehringer Ingelheim pour la région Moyen-Orient, Turquie, Afrique (META), a souligné que « le secteur pharmaceutique dans la région continue d’offrir davantage de possibilités de croissance. La région offre de sérieux débouchés et représente un potentiel énorme pour notre entreprise. Et nous continuerons de faire partie de sa success story».
Pour sa part, Christoph Raab, directeur des finances et de l’administration chez Boehringer Ingelheim META, a indiqué qu’ « au cours de l’année dernière, la société a lancé un certain nombre d’investissements stratégiques dans toute la région, dont l’inauguration du nouveau bureau régional à Dubaï; un accord de fabrication local en Algérie avec Biopharm pour le transfert de technologie; ainsi que des investissements dans l’éducation au sujet de différents zones de maladie ».

« Au cours de l’année dernière, la société a procédé à l’inauguration du nouveau bureau régional à Dubaï; un accord de fabrication local en Algérie avec Biopharm pour le transfert de technologie; ainsi que des investissements dans l’éducation au sujet de différents zones de maladie », a ajouté Raab.

Perspectives 2017

Ajoutant : « En 2017, on escompte 38 autorisations dans toute la région, tout en continuant à développer nos initiatives stratégiques dans toute la région et renforcer notre engagement d’obtenir des résultats toujours plus importants pour les patients», a conclu Manzoni.

On y apprend notamment qu’« a moyen terme, Boehringer Ingelheim aura à vérifier si le médicament contre le diabète JARDIANCE®, qu’elle commercialise en collaboration avec Eli Lilly and Company, peut être utilisé en cas d’insuffisance cardiaque chronique avec ou sans diabète. Dans le domaine thérapeutique Oncologie, l’entreprise examine l’efficacité du Nintedanib en cas de mésothéliome, un cancer agressif de la plèvre causé par l’amiante ».

MDI Alger

Enfin, « sur le long terme, Boehringer Ingelheim mise de plus en plus sur les partenariats avec les universités, les organismes scientifiques et les entreprises biotechnologiques. Notre attachement à la recherche et à l’évolution est un pilier essentiel de notre stratégie », a affirmé von Baumbach.

Bessa, Résidence la Pinède