HomeénergieBoukhalfa Yaïci : Il n'y a que la décision politique qui manque...

Boukhalfa Yaïci : Il n’y a que la décision politique qui manque pour relancer le projet Solar 1000

L’appel d’offres à investisseurs pour le projet « Solar 1000 MW », qui consiste en la réalisation de centrales solaires pour la production de 1000 MW d’électricité à partir d’énergie solaire, a été lancé en décembre 2021. L’appel d’offres s’adresse aux investisseurs de droit algérien et de droit étranger.

L’appel d’offre a été publié sur le site de l’ex-ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables. Ce département ministériel a été supprimé lors du dernier remaniement ministériel opéré par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en septembre 2022. Le secteur des énergies renouvelables a été rattaché au ministère de l’Environnement.

Depuis, plusieurs annonces sur le projet ont été faites. En avril 2022, l’ex-ministre de la Transition énergétique et des énergies renouvelables, Benattou Ziane, avait indiqué que 110 entreprises ont retiré le cahier des charges dans le cadre du projet photovoltaïque « Solar 1000 MW ».

Le délai de remise des offres « est reporté à une date ultérieure »

En juin de l’année dernière, la Société algérienne des énergies renouvelables (Shaems), chargée de la gestion de la réalisation du projet, a annoncé, dans un communiqué, que le délai de remise des offres par les entreprises voulant participer au projet de production de 1000 mégawatts en énergie solaire photovoltaïque dénommé « Solar 1000 MW » a été prorogé.

La Société a expliqué que cette décision de prorogation de délai « fait suite à la demande des investisseurs nationaux et internationaux participants au projet Solar 1000 MW, souhaitant approfondir leurs études techniques et financières ».

La même source a également expliqué que cette démarche intervient « dans le souci d’assurer toutes les conditions de réussite de ce premier projet, qui revêt un caractère hautement stratégique », soulignant que le délai de remise des offres « est reporté à une date ultérieure qui sera communiquée au courant de la semaine prochaine ». Depuis, aucune date n’a été annoncée.

Un mois plus tard, en juillet 2022, le directeur général de Shaems, Smaïl Mougari, a indiqué, dans des déclarations à l’agence APS, que les premiers kilowattheures photovoltaïques du projet seront produits vers la fin de l’année 2023.

« C’est la centrale de Beni Ounif à Béchar, d’une capacité de 30 MW, qui pourrait réussir à produire les premiers kilowattheures solaires du projet Solar 1000 MW, vers la fin de l’année 2023 ou au plus tard en début de 2024 », a précisé le responsable de la société chargée de la préparation et le traitement de l’appel d’offres relatif à ce projet.

« Il n y a que la décision politique qui manque pour relancer ce projet »

Début septembre dernier, juste avant le remaniement ministériel, Benattou Ziane a indiqué que 3000 hectares répartis sur plusieurs wilayas comme El Tarf, Sidi Bel Abbes, Oued Souf et Touggourt ont été mobilisés pour accueillir ses centrales solaires, dans le cadre du projet Solar 1000.

Ce mercredi 11 janvier 2023, le président du Cluster Energies renouvelables, Boukhalfa Yaïci, s’est exprimé sur ce projet. « Il n y a que la décision politique qui manque pour relancer ce projet », affirme M. Yaici, lors de son passage sur la radio Chaîne 3.

Selon M. Yaïci, le Solar 1.000 est une occasion propice à toutes nos entreprises qui veulent travailler dans le domaine des énergies renouvelables. Il s’agit également d’un bon terrain d’apprentissage et d’expériences pour nos étudiants et diplômés, a-t-il expliqué.

Pour lui, la relance du Solar 1.00 permet de « remettre le programme des énergies renouvelables sur les rails, ce qui conduit à réaliser des économies de gaz importantes ».

Et d’ajouter que « si l’on installe uniquement un gigawatt/an d’ici 2030, on pourrait économiser facilement à peu près 12,8 milliards de m3 de gaz naturel. »

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine