HomeActualitéNationalL'épouse du journaliste Rabah Karèche : "C’est de la hogra. Il est...

L’épouse du journaliste Rabah Karèche : « C’est de la hogra. Il est emprisonné pour avoir publié un article »

La demande de liberté provisoire du journaliste et correspondant du journal Liberté à Tamanrasset, Rabah Karèche a été rejetée ce mardi 27 avril 2021 par la cour de Tamanrasset. Il avait été arrêté par la police dimanche 18 avril et placé sous mandat de dépôt dès le lundi 19 avril.

Le journaliste est poursuivi pour les chefs d’inculpation : « Création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société », « diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public » et « l’usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationale ».

L’incarcération de Rabah Karèche fait suite à la publication d’un article pour le journal Liberté, relayant une manifestation organisée par des citoyens contre le nouveau découpage administratif et la création de nouvelles wilayas, dans la région de Tamanrasset, dans le sud du pays.

« C’est de la hogra. Il est emprisonné pour avoir publié un article »

La nouvelle de l’incarcération du journaliste Rabah Karèche a choquée sa femme. Dans une vidéo publiée sur ses pages sur les réseaux sociaux, Mme Karèche a dénoncé la « hogra » dont fait l’objet son mari. « C’est de la hogra. Il est emprisonné pour avoir publié un article. C’est un journaliste. Il a défendu la population de Tamanrasset. Il aime cette ville plus que sa région de naissance », s’est écriée Mme Karèche en pleurs.

Mme Karèche a critiqué des « notables de la ville » qui ne se sont pas solidarisés avec son époux qui a couvert leur action de protestation. « Pourquoi sont-ils revenus sur leurs propos ? », a-t-elle dénoncé, et d’ajouter : « Il n’a pas volé, ni pillé le pays. Il aime son pays ».

« J’avais foi en notre justice, où est-elle ? », a-t-elle dit, en ajoutant : « Il n’a rien fait. Il n’est ni un trafiquant de drogue, ni un contrebandier. Il n’a pas volé, ni pillé le pays. Il aime son pays et la parole juste ».

« Dans la Nouvelle Algérie, vous nous avez dit ‘quand vous voyez du mal parlez-en !’. Il n’a fait que couvrir une manifestation de notables et de sénateurs. Où sont-ils ? », s’est-elle demandée. « Soyez à ses côtés comme il l’a été avez-vous ? C’est tout ce que j’ai à vous dire », a conclu Mme Karèche.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine