Banane : les importations de l’Algérie ont augmenté de 25% en 2020

Banane : les importations de l'Algérie ont augmenté de 25% en 2020

Les importations algériennes de banane ont connu une forte hausse durant l’année 2020 comparativement à l’année 2019.

MixOil fête ses 20 ans

En effet, jusqu’à la 45e semaines de l’année en cours, le volume de bananes importées par l’Algérie a augmenté d’environ 25%. « Pour 2020, le volume total est estimé à 301 000 tonnes, contre 241 000 tonnes en 2019 », a précisé Michel Marchetto, responsable au sein de la société française Alpex, spécialisée dans l’exportation des fruits et légumes dont la banane, cité ce lundi 7 décembre par le site spécialisé Fresh Plaza. Alpex est présentée comme le principal fournisseur de bananes à l’Algérie.

« A quelques semaines de la fin de l’année, nous pouvons déjà dire que 2020, malgré les problèmes liés à la crise du coronavirus, sera marquée par une nouvelle augmentation des importations de bananes en Algérie », prévoit Michel Marchetto.

Selon lui, cette augmentation de volume a été en grande partie due à deux facteurs. « Premièrement, le prix FOB (franco à bord) est entrain de s’effondrer en Équateur. Pour 2020, le prix moyen est estimé à 7,80 dollars par paquets, alors qu’en 2019, il était encore de 10 dollars », explique le responsable d’Alpex.

« Deuxièmement, il y a aussi la guerre commerciale menée par quelques opérateurs capables d’importer des cargaisons entières. La plupart des importateurs sont plus petits. Ils importent dans des conteneurs », note-t-il.

Et d’ajouter : Tout comme les prix FOB, les prix de vente en Algérie ont également fortement baissé. Bien que ce soit une bonne nouvelle pour les consommateurs, ce n’est pas si bon pour les opérateurs du secteur. De ce fait, de nombreux importateurs ont connu une très mauvaise année en raison de la situation chaotique en Algérie. La surabondance, liée aux importations excessives par bateau, a, la plupart du temps, fait des ravages sur le marché, permettant à peine aux opérateurs de réaliser des bénéfices. »

Michel Marchetto relève que la guerre commerciale a été en cours tout au long de l’année, car les exportateurs équatoriens disposaient de volumes supplémentaires cette année et les marchés internationaux n’ont pas été réactifs. « Cette guerre des prix sans précédent a affaibli tous les opérateurs depuis des mois. Rien ne laisse penser que la situation va réellement s’améliorer dans les semaines à venir » .

MDI Alger