Résolution du Parlement européen : les réactions des partis politiques

Résolution du Parlement européen : les réactions des partis politiques

Plusieurs partis politiques algériens ont réagi à la résolution d’urgence adoptée hier jeudi au parlement européen, appelant les autorités algériennes à « remettre immédiatement en liberté, sans conditions, Mohamed Khaled Drareni et tous ceux qui ont été détenus et inculpés pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, que ce soit en ligne ou hors ligne, et à la liberté de réunion et d’association ».

Le Parlement européen a également invité les autorités algériennes « à déverrouiller les médias et à mettre fin à toute arrestation ou détention de militants politiques, de journalistes, de défenseurs des droits de l’homme ou de personnes qui expriment une opinion dissidente ou critique à l’égard du gouvernement ».

Le président du parti Jil Jadid, Sofiane Djilali, a qualifié la résolution du parlement européen d’ « un affront à l’honneur des Algériens », estimant que c’est « une tentative de mise sous protectorat de l’Algérie ».

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, sofiane Djilali a appelé les « patriotes » à « protéger notre souveraineté. »  « Le changement oui, le chaos non ! », a-t-il conclu.

Le Rassemblement national démocratique (RND), a exprimé, hier jeudi, dans un communiqué publié sur sa page Facebook, sa condamnation, sa désapprobation et son étonnement face à la résolution du Parlement européen concernant la situation des droits de l’homme en Algérie.

Le RND a qualifié cette résolution de « fausses allégations », affirmant son rejet dans la forme et le contenu. Dans un communiqué, le parti a estimé que « ce type d’ingérence porterait atteinte aux relations entre l’Algérie et l’Union européenne, car c’est une caractéristique de la transgression et des tentatives de saper la stabilité dont jouit notre pays par rapport à un certain nombre de pays européens eux-mêmes ».

Le parti du Front de libération nationale (FLN) dit avoir reçu avec indignation et mépris la résolution adoptée hier par le Parlement européen, sur la situation des droits de l’homme en Algérie.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le FLN estime que cette résolution constitue « un acte ouvert et une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de l’Algérie ».

Cette résolution, qui est considérée comme une reproduction intégrale de la résolution honteuse publiée par la même autorité le 28 novembre 2019, a été, à son tour, une ingérence flagrante dans les affaires intérieures des Algériens, qui ont bien répondu aux voix impudentes qui tentaient de saper leur souveraineté, a souligné le FLN dans le même communiqué.

MDI