Affaire Sovac : Un avocat de Mourad Oulmi évoque l’implication de la France

Me Ahmed Hadj Nacer, un des avocats de l’homme d’affaires et patron du groupe Sovac, Mourad Oulmi, a évoqué, samedi à la Cour d’Alger, l’implication de la France qui voulait « empêcher la réussite d’un constructeur allemand en Algérie surtout que « le projet visait des exportations de l’ordre de 1,5 milliard de dollars annuellement », rapporte Le Soir d’Algérie dans son édition de ce dimanche 18 octobre 2020.

« Ils ne voulaient pas que quelqu’un concurrence Renault et Peugeot », a-t-il lancé, expliquant, afin de contester l’accusation de blanchiment d’argent, que « les dividendes de Sovac n’avaient pas été répartis mais orientés vers l’investissement ».

Lors de sa plaidoirie, Me Ahmed Hadj Nacer a dénoncé, « une punition » affligée à l’ancien patron de Sovac « à cause de ses ambitions ». Il a souligné que « Mourad Oulmi était un opérateur économique et non un trabendiste ».

Hadj Nacer a plaidé l’innocence de son client, en affirmant qu’il a confiance en la justice algérienne « malgré certaines contingences », en allusion, a-t-il expliqué au même journal, à l’incident qui a émaillé l’audience du 24 septembre dernier.

Le verdict du procès en appel sera rendu le 21 octobre

Pour rappel, le procès en appel de Mourad Oulmi a repris samedi à la Cour d’Alger. L’audience a été consacrée aux plaidoiries des avocats.

Le verdict du procès en appel de Mourad Oulmi, accusé de « blanchiment d’argent et incitation d’agents publics à exploiter leur influence », sera rendu le 21 octobre à la Cour d’Alger, a indiqué samedi le juge à l’issue des plaidoiries de la défense, rapporte l’agence officielle APS.

Outre l’ancien président directeur général du Crédit populaire algérien (CPA), Omar Boudiab et des cadres de cette banque et du ministère de l’Industrie, l’affaire implique aussi l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, et Khidher Oulmi ( frère cadet de Mourad Oulmi ).

Pour rappel, le procureur général près la Cour d’Alger avait requis des peines de 15 et 12 ans de prison ferme respectivement contre Mourad Oulmi, patron du groupe Sovac, et son frère Khidher Oulmi.

Une peine de 15 ans de prison ferme a été requise contre Ahmed Ouyahia et de 10 ans de prison ferme contre Youcef Yousfi, assortie d’une amende de 2 millions de DA chacun.

Le procureur général avait requis aussi une peine de 3 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA contre Omar Boudiab et des cadres de la banque et de l’industrie, impliqués dans l’affaire.

Il a été aussi demandé la saisie des biens et le gel des activités des entreprises représentées dans le procès par des personnes morales avec une amende de 32 millions de DA pour chacune.

MDI School