Le point sur la pandémie : impact économique « dévastateur » sur les populations les plus vulnérables

Voici les faits marquants sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Plus de 960 000 morts dont près de 200.000 aux USA : La pandémie a fait plus de 961.500 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi en milieu de journée. Plus de 31,1 millions de cas ont été comptabilisés. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé (199.815 décès lundi à 03h00 GMT). Viennent ensuite le Brésil (136.895), l’Inde (87.882), le Mexique (73.493) et le Royaume-Uni (41.759).

En Argentine un nouveau record quotidien de décès liés au Covid-19 avec 429 morts a été enregistré ce lundi, ce qui porte à 13.482 le bilan total dans le pays, ont annoncé les autorités. Il s’agit du nombre de décès le plus élevé depuis que la pandémie a frappé ce pays, où des mesures de confinement sont en vigueur depuis le 20 mars, avec un assouplissement progressif en fonction des régions.

Vaccins : Plus de 60 pays riches, mais pas la Chine ni les Etats-Unis, ont adhéré au dispositif mis en place par l’Organisation mondiale de la santé pour faciliter l’accès des pays pauvres au vaccin. L’OMS a annoncé il y a quelques semaines le lancement, en collaboration notamment avec l’Alliance du vaccin (Gavi), d’un dispositif d’accès mondial au vaccin contre le Covid-19.

Le Royaume-Uni relève son niveau d’alerte : Le Royaume-Uni a relevé lundi son niveau d’alerte, les autorités sanitaires avertissant que le pays risquait de déplorer plus de 200 morts par jour en novembre s’il n’y avait pas de « changement de cap ».

Le Premier ministre Boris Johnson doit annoncer mardi dans une déclaration au Parlement qu’en Angleterre « les pubs, bars et restaurants devront fermer à 22h00 à partir de jeudi », a indiqué Downing Street dans un communiqué.  Le nombre de personnes se côtoyant dans ces établissements devrait aussi diminuer puisque « seul le service à table » sera désormais autorisé, doit annoncer M. Johnson après une réunion de crise du gouvernement britannique dans la matinée.

Restrictions à Madrid : Près d’un million d’habitants de Madrid et de ses environs sont de nouveau soumis, depuis lundi et pour une durée de deux semaines, à de sévères restrictions dans leurs déplacements, en raison de l’explosion de Covid-19. Les quelque 850.000 personnes concernées ont interdiction de quitter leur quartier sauf pour des raisons bien précises: aller travailler ou étudier, se rendre chez un médecin, répondre à une convocation d’ordre légal ou encore s’occuper de personnes dépendantes. Elles ont, en revanche, le droit de s’y déplacer.

Munich durcit les restrictions : La ville allemande de Munich va partiellement imposer, à partir de jeudi, le port du masque dans l’espace public. Le droit de se réunir sera de nouveau limité, à un cercle de deux familles ou de cinq personnes sans lien de parenté.

« Erreur » du gouvernement tchèque : Le Premier ministre tchèque Andrej Babis a reconnu lundi que son gouvernement avait fait « une erreur » en assouplissant les restrictions anti-coronavirus dès le début de l’été. Après avoir réussi à maîtriser l’épidémie par des mesures strictes comme le port obligatoire du masque en extérieur, le gouvernement tchèque avait levé la plupart de ces mesures avant les vacances d’été.

Impact « dévastateur » : La pandémie a un impact économique « dévastateur » sur les populations les plus vulnérables au monde, déplacées ou vivant dans des zones de conflit, contraintes à la faim ou à la déscolarisation, selon une étude du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

afp

MDI School