Corruption à la cimenterie publique de Chlef : Le PDG placé sous mandat de dépôt

Corruption à la cimenterie publique de Chlef : Le PDG placé sous mandat de dépôt

Plusieurs responsables et employés de l’Entreprise des ciments et dérivés de Chlef sont impliqués dans une affaire de détournement de ciment vers le marché informel.

Le juge d’instruction près le tribunal de Boukadir (wilaya de Chlef) a placé sous mandat de dépôt le PDG de cette cimenterie publique,  l’ex-directeur commercial, le responsable de l’une des unités de vente des ciments du Sud, le coordinateur des mêmes unités, le comptable  et  l’un  des  chauffeurs qui assurait la liaison entre Chlef et le sud  du  pays, ont révélé des sources au journal Liberté

Les prévenus sont poursuivis dans le cadre d’une affaire de détournement de ciment destiné à l’unité de l’entreprise sise à Tamanrasset, vers le marché informel pour la somme de 40 milliards de centimes, révèle la même source, précisant que dans le cadre de cette affaire le juge d’instruction a placé tous les autres mis en cause sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le pays (leurs passeports leur ont été retirés) « en attendant la tenue de leur procès, et ce, une fois les auditions de tous les témoins définitivement achevées. »

Quarante (40) employés, entre cadres et agents de la cimenterie de Oued Sly (ECDE), ont été présentés en fin de semaine devant le juge d’instruction près le tribunal de Boukadir territorialement compétent. « Outre  les  employés de l’entreprise, plusieurs autres  personnes étrangères à la cimenterie sont  également concernées  par  les  auditions en question », précise-t-on de même source.

Selon le même média, « ces personnes sont toutes impliquées dans une affaire de vente illégale de grosses quantités de ciment qui devaient être acheminées vers le sud du pays, précisément vers des points de vente qui relèvent de la même entreprise et se trouvant dans des wilayas du Sud dont celle de Tamanrasset », mais, ces quantités de ciment « ne sont jamais arrivées à destination », alors que « les frais de transport entre Chlef et Tamanrasset étaient régulièrement assurés par l’Etat ».

« C’est à la  suite  de  correspondances  de  dénonciation  qui  provenaient particulièrement de l’unité de vente de la wilaya de Tamanrasset que des enquêtes minutieuses ont été aussitôt déclenchées et ont donné ainsi lieu à ce résultat après avoir démasqué l’ensemble des acteurs à l’origine de ce scandale », a-t-on ajouté.

Le détournement de ciment est pratiqué depuis plusieurs années au niveau de cette cimenterie avec « la complicité directe » de certains responsables de points de vente dans le sud du pays. « Ils étaient en relation directe avec les gestionnaires de l’ECDE qui s’étaient tous mis d’accord au préalable sur cette forme de détournement de fonds et de ciment », ont expliqué les sources de Liberté.

MDI School