La politique commerciale d’Air Algérie critiquée

La politique commerciale d'Air Algérie critiquée

La politique commerciale de la compagnie aérienne nationale Air Algérie suscite l’ire de nombreux citoyens algériens vivant ou bloqués en France. Ces derniers ont dénoncé la compagnie aérienne qui poursuit la vente de billets d’avion alors que les frontières sont fermées et aucune date n’a été annoncée pour leur réouverture.

En effet, plusieurs citoyens ont témoigné au journal Liberté dans son édition de ce samedi et ont révélé que leurs réservations effectuées le mois de juin passé pour des départs en ce mois de juillet ont été annulées par Air Algérie.

Ainsi, Said a révélé : « Les ventes ont repris au mois de juin et j’ai décidé à ce moment-là d’acheter un billet pour un départ le 10 juillet. Plus tard, en allant sur le site internet de la compagnie, j’ai découvert par hasard que ma réservation avait été annulée ».

Nabila aussi a réservé pour un départ le 2 juillet dernier mais sont vol a été supprimé par la compagnie aérienne nationale. « Air Algérie n’a pas jugé nécessaire de m’envoyer un mail d’annulation », a-t-elle confiée. Elle a ajouté que sa demande de remboursement n’a pas été acceptée, alors que la compagnie s’est engagée, il y a quelques semaines, à rembourser les clients qui n’optent pas pour des bons d’achat.

Bloqué en France depuis le mois de mars dernier, Omar a expliqué : « Air Algérie veut réduire ses pertes financières en poussant les voyageurs à acheter des billets pour des vols incertains. Tous les vols programmés jusqu’au 13 juillet (date d’expiration du confinement, ndlr) ont été annulés ». Il a affirmé avoir changé au moins trois fois la date de réservation. « Je devais prendre l’avion le 10 juillet. Le jour même, le vol était toujours affiché partant, alors que les frontières étaient fermées », a-t-il ajouté.

En prévision d’une reprise des vols après la levée des mesures de confinement, Air Algérie avait présenté le 14 juin dernier son plan de mise en navigabilité de sa flotte d’avions.

Mais, fin juin, l’Algérie a décidé de maintenir ses frontières fermées jusqu’à ce que la pandémie du coronavirus soit dépassée, avait déclaré en juin le président de la République Abdelmadjid Tebboune. Les frontières de l’Algérie sont fermées depuis la mi-mars 2020.

L’Algérie a été incluse dans une liste de 15 pays dont les ressortissants sont autorisés dans l’espace Schengen de l’Union Européenne. Mais, plusieurs pays, tels que l’Allemagne, l’Espagne et la France, ont décidé d’exclure l’Algérie de la liste des pays admis en raison de la recrudescence de la pandémie du coronavirus dans le pays.

Le 22 juin, Air Algérie avait entamé une opération de revalidation de 600.000 billets, portant sur des vols domestiques et internationaux, ayant été achetés mais non consommés en raison de la suspension du trafic aérien le 18 mars. La veille (21 juin), la compagnie aérienne avait annoncé la réouverture de plusieurs de ses agences commerciales dans plusieurs villes du pays à l’instar d’Alger, Annaba et Oran.

La suspension du trafic aérien algérien depuis la mi-mars, en raison de la propagation de la pandémie du coronavirus dans le monde, a déjà engendré pour Air Algérie des pertes de 38 milliards de DA sur le chiffre d’affaires des vols passagers, un montant qui atteindrait les 89 milliards de DA d’ici à la fin de l’année, avait indiqué le 9 juin dernier le porte parole de la compagnie, Amine Andaloussi.

En mais dernier, l’Union fédérale des consommateurs—Que choisir, une association de défense des consommateurs en France, a assigné en justice vingt (20) compagnies aériennes, dont Air Algérie, pour non-remboursement des billets d’avion annulés en raison de la crise sanitaire causée par le coronavirus.

MDI School