Dépistage du coronavirus : Lancement à Oran de la fabrication des kits de prélèvement

Le point sur la pandémie : Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus inquiète les épidémiologistes

Une équipe médicale, sous la coupe de la DSP d’Oran, s’est lancée dans la fabrication des kits de prélèvement destinés à effectuer les tests du coronavirus, a annoncé dimanche le chargé de communication de la DSP d’Oran, Dr Youcef Boukhari cité par l’agence officielle APS.

La pénurie des kits freine le dépistage à Oran et ailleurs, sa fabrication locale est, par conséquent, « un grand pas » dans la lutte contre l’épidémie, a indiqué à l’APS Dr Boukhari.

« Nous avons une capacité de production de 100 kits par jour », a-t-il affirmé, précisant que le produit a été validé par l’Institut Pasteur d’Alger, qui a donné son aval pour le démarrage de la production.

S’agissant de la disponibilité des réactifs, Dr Boukhari a estimé que la pénurie touche plus les kits, estimant qu’une fois disponibles, il serait désormais possible de dépister quotidiennement à Oran des dizaines de personnes.

A défaut des tests biologiques, le scanner a été largement utilisé ces derniers temps pour le dépistage des cas covid-19.

« Révélant des lésions spécifiques au niveau des poumons, le scanner s’avère utile pour substituer les analyses biologiques pour les cas qui présentent des symptômes », a expliqué le directeur de l’EHU d’Oran, Dr Mohamed Mansouri.

« La majorité des cas récemment enregistrés au niveau de l’EHU a été dépistée grâce au scanner », a-t-il fait savoir, estimant que la disponibilité des kits peut simplifier l’opération.

Colloque MDI