Libye: après les forces de Haftar, le GNA annonce accepter le cessez-le-feu

Après les forces de Khalifa Haftar, le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA), reconnu par l’ONU, a annoncé dimanche qu’il accepte le cessez le feu auquel ont appelé plusieurs pays, ouvrant la voie à un retour au calme en Libye après un risque de guerre aux conséquences catastrophiques.

Le Gouvernement d’union nationale (GNA) a accepté dimanche l’appel à un cessez-le-feu en Libye lancé par Moscou et Ankara, quelques heures après l’annonce par le maréchal Khalifa Haftar, de la cessation des hostilités.

En réponse à l’appel mercredi des présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un communiqué « un cessez-le-feu à partir du (dimanche) 12 janvier à 00H00 », soulignant le « droit légitime » de ses forces de « riposter à toute attaque ou agression qui pourrait provenir de l’autre camp ».

Dans la soirée de samedi, les forces de Khalifa Haftar avaient annoncé un cessez-le-feu à partir de dimanche 00H00 (22H00 GMT), en réponse à l’appel lancé mercredi par Moscou et Ankara.

Mais, les forces de Haftar, basées à Benghazi dans l’est libyen, ont prévenu que ce cessez le feu, dans un bref communiqué, que la « riposte sera sévère en cas de violation de la trêve par le camp adverse », en allusion aux forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli.

MDI Alger