Le baril de Brent perd un peu de terrain en fin de semaine, mais reste à plus de 66 dollars

Secteur de l'Energie : La plupart des indicateurs affichent des tendances baissières en 2020

Les prix du pétrole perdaient un peu du terrain vendredi en cours d’échanges européens sous l’effet de prises de bénéfices après une série de six séances consécutives de hausse, soutenues par l’optimisme des marchés sur les relations commerciales sino-américaines.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a terminé la semaine à 66,04 dollars à Londres, en baisse de 0,75% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI pour février, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, lâchait 1,32% à 60,37 dollars.

La veille, le Brent et le WTI avaient respectivement gagné 0,56% et 0,48%. Les cours n’avaient plus clôturé à de tels niveaux depuis les attaques contre les infrastructures pétrolières saoudiennes, mi-septembre. « Le pétrole recule à cause de prises de bénéfices« , a estimé David Madden, de CMC Markets. « Comme il n’y a pas eu d’annonces majeures illustrant une faiblesse de la demande ou une offre excessive, il semble que la tendance haussière soit juste terminée« , a-t-il ajouté.

Craig Erlam, de Oanda, avait déjà pointé vendredi matin « des prises de bénéfices » alors « assez minimes« .

Sur le front de la guerre commerciale, le président américain Donald Trump a affirmé vendredi avoir eu une « très bonne discussion » téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping après l’annonce il y a une semaine d’une trêve dans la guerre commerciale qui oppose Washington et Pékin. Cet échange a porté sur « notre gigantesque accord commercial« , a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s’était la veille invité dans le débat en appelant les États-Unis à ne pas signer un accord commercial avec la Chine s’il ne prévoit pas la libération des deux Canadiens détenus depuis un an par Pékin.

Afp