L’Algérie a besoin d’un baril à 116,40 Dollars pour équilibrer son budget

Pétrole: La hausse tendancielle des cours du brut se confirme

L’Algérie a besoin d’un baril de pétrole à 116.40 Dollars pour équilibrer son budget pour l’exercice 2019 en cours, a rapporté, vendredi 28 juin, le média américain Bloomberg.

Dans analyse sur l’OPEP, la réduction de production de pétrole, Bloomberg, citant le Fond monétaire international (FMI), a révélé des estimations sur le prix du baril de pétrole dont a besoin chaque membre de l’OPEP et Non OPEP pour équilibrer son budget pour l’année en cours.

« La production algérienne est restée relativement stable à environ 1 million de barils par jour », selon les données de Bloomberg. « Des incertitudes politiques se font toutefois jour avec l’élection présidentielle et la passation des pouvoirs en 2019, à la suite de la démission en avril du président vieillissant Abdelaziz Bouteflika après deux décennies », a analysé le média américain, qui a précisé que la part de production de l’Algérie l’OPEP est de 3.3%.

Selon les derniers chiffres du ministère des finances publiés par l’agence officielle, le déficit budgétaire de l’Algérie a atteint 992,67 milliards (mds) de DA durant le premier trimestre de 2019, contre 1.276,5 mds de DA durant la même période en 2018, soit une baisse de 22%.

Seuls l’Iran (125,6 dollars), le Nigéria (150 dollars) et le Venezuela (276 dollars) ont besoin d’un baril plus élevé que l’Algérie pour équilibré leurs budget pour la même période, selon la même source.

Quant aux autres membres, selon Bloomberg, ils ont un besoin d’un baril ne dépassant pas les 86 Dollars. Ainsi, l’Angola qui a besoin d’un baril à 80 Dollars (part de production 4.8%), l’Azerbaïdjan 50.60 Dollars, l’Irak 64.30 Dollars (15.%), le Koweït 48.80 Dollars (8.9%), la Libye 71.30 Dollars (4.1%), la Russie 40 Dollars, l’Arabie Saoudite 85.40 Dollars (32.9%), les Emirats Arabes Unis 65 Dollars (10.1%).