Ouyahia, Sellal, et les ex- ministres risquent la détention provisoire

affaires de corruptions

Les douze hauts responsables, dont leurs dossiers sont transmis à la Cour suprême pour des affaires de corruptions, risquent le mandat de dépôts selon des avocats.

Ainsi, l’avocat et militant des droit de l’homme, Mokrane Ait Larbi n’a pas écarté la possibilité de mettre en détection provisoire les accusés en attendant de finaliser les enquêtes. « Le juge d’instruction qui est désigné par le procureur de la Cour suprême, peut les placé en détention provisoire, ou sous contrôle judiciaire » a expliqué maitre Ait Larbi.

Par ailleurs, il estime que dans la situation actuelle, et pour ne pas faire dans la politique de deux poids deux mesures, il est fort possible que le juge placera les personnes concernées en détention provisoire s’il s’avère qui sont impliqués dans des affaires de corruption.

Le même avis est confirmé par l’avocat et l’ex-président de la commission nationale pour la promotion et la protection des droits de l’homme, Farouk Ksentini qui a indiqué qu’il est possible que le juge décide de mettre Abdelmalek Sellal, et Ahmed Ouyahia et les autres ministres en détention provisoire ». Selon lui, ces personnes sont poursuivies pour « des faits à caractères pénal » et qui « ne sont pas moins graves que des marchés douteux».

Pour rappel, le parquet de la Cour d’Alger a transmis  à la Cour suprême les dossiers des ex- premiers ministres, Abdelmalek Sellal , Ahmed Ouyahia, les  ex- ministres, Amar Ghoul, Amara Benyounés, Karim Djoudi, Amar Tou, Abdelkader Bouazgui, Abdeslam Bouchouareb,Boudjemaâ Talai, et Abdelkader Zoukh ex-wali d’Alger et Mohamed Djamel Fenkhar, actuel wali d’El Bayadh.

MDI Alger

Le procureur de la Cour suprême va entendre ces personnes dans les prochaines jours, et confiera leurs dossiers pour le juge d’instruction qui enquêtera sur les faits dont ils sont accusés.

Bessa, Résidence la Pinède