Le MSP propose une élection présidentielle dans six mois

Abdarezak Makri
Abderrezak Makri, Président du MSP

Le MSP a estimé, ce mardi 21 mai 2019, que la tenue de l’élection présidentielle constitue la vraie étape pour renforcer la démocratie et parachever le processus des réformes, mais, à condition que ce scrutin soit transparent, après le remplacement des « B » (Bensalah, Bedoui et Bouchareb) rejeté par le peuple, et qu’il soit garanti par une instance indépendante de surveillance des élections.

Le parti présidé par Abderrazak Makri a jugé, dans un communiqué diffusé aujourd’hui, inopportun d’organiser l’élection présidentielle le 4 juillet prochain, proposant d’organiser ce scrutin dans une courte période de transition allant jusqu’à six mois à compter d’aujourd’hui.

Le MSP a salué au passage « les efforts consentis par la classe politique et la société civile depuis le début du mouvement pour cristalliser les visions et les alternatives alliant le respect du cadre constitutionnel et les mesures politiques, ainsi que, les débats continus à tous les niveaux, ayant permis grandement le rapprochement des points de vue ».

Le parti a affirmé la nécessité de la poursuite du mouvement populaire jusqu’à la réalisation de ses objectifs, et qu’il faudrait protéger (le Hirak) de toute forme de récupération idéologique et partisane et de tout ce qui peut causer la division entre les Algériens. Le parti a appelé à éviter « tout comportement pouvant causer des tensions durant les marches pacifiques ».

En outre, le parti d’Abderrazak Makri a salué la campagne anti-corruption qui est en cours, estimant que, ce qui garantira la pérennité et la justice à cette campagne, sont « les institutions légitimes et crédibles issues de la volonté populaire ».

MDI Alger

En fin, le MSP a considéré que « le passage réussi vers une Algérie nouvelle, ne pourra se concrétiser que s’il y une volonté politique sincère des forces vives et influentes en Algérie et, à travers le débat et l’esprit du consensus ».

Bessa, Résidence la Pinède