Abderrahmane Mebtoul: « Pas de lutte durable contre la corruption sans institutions crédibles »

Sonatrach : « Il y a urgence d’un nouveau management stratégique »

Pas de lutte durable  contre la corruption, sans réformes,  sans institutions crédibles et sans une profonde moralisation de la vie politique et économique, selon le professeur Abderrahmane Mebtoul.

En fait, pour le professeur, les images diffusées  la journée du 16 mai 2019 ont provoqué un véritable choc au niveau de la population devant l’ampleur des faits et des hauts responsables auditionnées qui demandaient  à la population de serrer la ceinture.

Il trouve que ces arrestations n’est qu’une action temporaire pour calmer les revendications ide l’immense majorité de la population via  Al-Hirak .

 Les économistes et les politiques, durant cette transition inévitable de la société algérienne, doivent repenser les liens entre l’éthique et le développement, selon lui.

« En ce mois  de mai  2019, l’économie algérienne est une économie totalement rentière, les hydrocarbures irriguant tout le corps social. Pour éviter tout malentendu, devant éviter tout règlement d comptes qui provoquerait une psychose généralisée, tout citoyen est présumé honnête jusqu’à preuve par la justice, dans la pratique l’Algérie ayant souvent les meilleures lois du monde rarement appliquées et supposant des institutions crédibles et un véritable Etat de Droit afin que ce pratiques qui menacent la sécurité nationale diminuent en ampleur », estime MMebtoul.

Le professeur tient à rappeler que l’ONG de lutte contre la corruption Transparency International (TI) a rendu public le 29 janvier 2019, son Indice de perception de la corruption dans le secteur public (IPC) pour l’année 2019, où l’Algérie connait un niveau de corruption élevé de 2003 à 2018.

MDI Alger

Or, ce cancer social menace la sécurité nationale et par là contribue, en dehors du préjudicie moral, au blocage de l’investissement utile, ajoute-t-il.

Bessa, Résidence la Pinède