12ème vendredi de mobilisation : Le peuple démantèle toutes les manœuvres du système

33e marche des étudiants : Les Béjaouis dit non à la Présidentielle

Le mouvement populaire est à son 12ème vendredi consécutif de mobilisation contre le système. Comme tous les vendredis depuis maintenant 11 semaines depuis le 22 février, des millions d’Algériens sont descendus ce 10 mai 2019 dans la rue pour protester contre le régime et répondre à toutes ses manœuvres allant contre les aspirations du peuple.

Les millions d’Algériens qui manifestent, partout en Algérie, à commencer à Alger, où des centaines de manifestants se sont rassemblés dès les premières heures de la matinée d’aujourd’hui à l’esplanade de la Grande Poste à Alger-Centre, suivis ensuite par des manifestations dans toutes les autres wilayas juste après le prière du vendredi, avec un seul mot d’ordre : Réponde au chef de l’Armée Ahmed Gaïd Salah, pas d’élections présidentielles, réclamer un Etat civil.

Place du peuple à Bordj Bou Arreridj

Pas de jeûne du mouvement

L’Acte 12 du mouvement populaire contre le système et de tous ses symboles, coïncide avec le début du mois de Ramadhan, et le bal de la mobilisation a été ouvert par les étudiants mardi dernier.

Malgré le jeune, la chaleur, des millions d’Algérien, hommes, femmes, jeunes, vieux et enfants, sont sortis pour dire au système dégage.

Et c’est une réponse claire de la part des Algériens au système qui pariait sur un éventuel essoufflement du mouvement de contestation durant ce mois de carême. « Nous jeûnerons et nous sortirons », ont scandé les manifestants.

Gaïd Salah la cible des manifestants qui rappellent à l’ordre l’Armée
Lors de ce nouvelle vendredi mobilisation, le chef de l’Armée Ahmed Gaïd Salah, est la cible privilégiée des manifestants qui ont scandé et brandi des slogans hostiles au vice-ministre de la défense nationale.

En plus de scander « Gaïd Salah dégage », les manifestants l’ont accusé d’avoir trahi les aspirations du peuple, vouloir instaurer un Etat militaire.

Ces reproches des manifestants à Gaïd Salah, interviennent après que ce dernier, a déclaré qu’il privilégiait la voie constitutionnelle pour la solution de la crise, et en refusant d’aller à une période de transition, comme cela été exprimé dans l’édito du dernier éditorial de la revue El Djeïch paru mardi dernier.

« Pour un Etat civil et non pas un militaire »

Les revendications d’un Etat civil se sont multipliés lors de ce vendredi. Les manifestants ont clairement revendiqué leur refus d’un coup de force contre la volonté militaire, en rappelant au commandement de l’Armée : « Pour un Etat civil et non pas militaire ».

Les manifestants ont toutefois, précisé que le peuple et l’Armée sont frères, en référence aux soldats et aux officiers qui sont issus du peuple.


Un rejet massif de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain

Les Algériens ont répondu massivement aujourd’hui à l’autre manœuvre du système, consistant en l’organisation de l’élection présidentielle du 4 juillet prochain, convoquée par le chef d’Etat intérimaire Abdelkader Salah conformément à la Constitution, que prépare le gouvernement dirigé par le premier ministre Noureddine Bedoui. Deux symboles du système que rejette le peuple depuis le début du mouvement populaire.

« Le peuple veut que vous dégagez tous »

« Algérie libre et démocratique »

Quelques échantillons de la mobilisation dans les autres wilayas

Jijel

Annaba

Bouira

Saïda

Tizi-Ouzou

MDI School