La Banque d’Algérie se retrouve sans Gouverneur

Le poste de Gouverneur de la Banque d’Algérie est désormais vacant depuis la nomination de Mohamed Loukal en tant que Ministre des finances dans le Gouvernement conduit par Noureddine Bedoui, nommé par l’ex-président de la république Abdelaziz Bouteflika avant sa démission.

En effet, le décret présidentiel portant nomination des membres du Gouvernement Bedoui a été publiée au dernier journal officiel N° 20 daté du 31 mars 2019.

Dans le même journal, il est mentionné le décret présidentiel mettant fin aux fonction du Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, et aucun un responsable n’a été nommé à sa place. Donc, l’institution financière reste sans gouverneur.

« Par décret présidentiel du 24 Rajab 1440 correspondant au 31 mars 2019, il est mis fin aux fonctions de Gouverneur de la Banque d’Algérie, exercées par M. Mohamed Loukal, appelé à exercer une autre fonction », lit-on dans le texte du décret.

A cela s’ajoute, le fait que le président de la république est le seul habilité à nommer les hauts responsables des institutions de l’Etat. Et avec la démission de Bouteflika, suite à la pression populaire, aucun autre responsable n’est habilité à désigner, nommer ou limoger des responsables, et dans ce cas, le poste de Gouverneur de la BA restera vacant jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la république.

Ainsi, au moment où le financement non conventionnel a atteint des records de création de monnaie depuis son autorisation en mi-novembre 2017, la Banque d’Algérie se retrouve sans tête.

Entre novembre 2017 et fin janvier 2019, 6.556,2 milliards de DA (mds DA) mobilisés par le Trésor auprès de la Banque d’Algérie (BA) au titre de la mise en œuvre du financement non conventionnel, selon les derniers chiffres de la Banque d’Algérie, publiés par l’agence officielle. La BA a affirmé que, 3.114,4 mds de DA ont été injectés dans l’économie, soit près de la moitié.

Pour rappel, l’article 45 bis de la Loi relative à la Monnaie et au Crédit de 2003, modifiée et complétée en octobre 2017, stipule que «la Banque Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l’effet de participer, notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds National d’Investissement (FNI).»

MDI Alger

En outre, l’article 45 bis note que «ce dispositif est mis en œuvre pour accompagner la réalisation d’un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l’issue de la période susvisée, notamment, au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l’Etat et de l’équilibre de la balance des paiements».

Bessa, Résidence la Pinède