Après le crash d’Ethiopian Airlines : L’espace aérien européen interdit à tous les Boeing 737 MAX

L’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) a décidé mardi de fermer l’espace aérien européen aux Boeing 737 MAX 8 et 9, a-t-elle annoncé sur son site.

Elle indique suspendre, « à partir de 19h00 GMT », tous les vols de ces appareils, qu’ils soient à destination, au départ, ou à l’intérieur de l’Union européenne, que les opérateurs soient européens ou issus de pays tiers.

Plus tôt dans la journée, la France avait annoncé sa décision d’interdire tous les Boeing 737 MAX dans son espace aérien. « Compte tenu des circonstances de l’accident en Éthiopie, les autorités françaises ont pris la décision, à titre conservatoire, d’interdire tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 MAX à destination, au départ ou survolant le territoire français », avait indiqué la DGAC dans un communiqué.

Une décision prise également par d’autres pays comme l’Australie ou Singapour. Certains états, eux ont pris la décision de clouer les appareils de ce modèle au sol, en attendant d’avoir plus d’informations de Boeing. Parmi eux, l’Inde, la Chine, l’Indonésie, la Corée du Sud, Oman et la Mongolie, qui n’en a qu’un, ont décidé d’immobiliser tous les avions de ce type.

Du côté des compagnies aériennes, Norwegian Air Shuttle et Icelandair ont annoncé mardi après-midi la suspension « jusqu’à nouvel ordre » des vols de leurs Boeing 737 MAX ou Boeing 737 MAX 8. Avant elle, Aerolineas Argentinas avait annoncé la « suspension temporaire de l’exploitation commerciale » de ses cinq Boeing 737 MAX 8. Ethiopian Airlines a également immobilisé ses quatre autres Boeing 737 MAX 8, suivie de Cayman Airways (îles Caïmans), Comair (Afrique du Sud), Aeromexico (Mexique) et Gol (Brésil).

Les Etats-Unis, eux, ont continué d’afficher leur confiance en Boeing et ont décidé de ne pas clouer au sol ces avions, mais veulent obliger l’avionneur à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX 9. Un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé dimanche au sud-est d’Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d’équipage, quatre mois après un accident similaire d’un appareil de Lion Air en Indonésie qui avait fait 189 morts. Le PDG et directeur de la sécurité aérienne de l’ACSA, Shane Carmody, a souligné qu’à la lumière des deux récents accidents, la suspension temporaire des opérations du Boeing 737 MAX vise à « examiner les risques de sécurité »

MDI Alger

Afp

Bessa, Résidence la Pinède