Le coût de la raffinerie de Sidi R’Zine estimé à 1.5 milliards de Dollars

raffinerie de Sidi R'Zine

La compagnie nationale Sonatrach a procédé, ce jeudi 21 février 2019, à l’inauguration de la raffinerie de Sidi R’Zine à Baraki à Alger.

Cette raffinerie réhabilitée par le groupe chinois CPECC produira 3,65 millions de tonnes de produits raffinés (essence, gasoil…etc.). Son coût de réhabilitation a été estimé à 1.5 milliards de Dollars, dont les travaux ont démarré en 2010.
Elle produira 1,3 millions de tonnes d’essence et 1,2 millions de tonnes de gasoil, ainsi que d’autres produits raffinés comme le kérosène. Elle permettra la couverture des besoins en essence à 95% de la région centre du pays, à expliqué M. Mazighi, vice-président à Sonatrach en ajoutant que, elle aura une capacité de stockage supplémentaire de 30000 m3 d’essence (autonomie de 15 jours) et une capacité de stockage supplémentaire de gasoil de 40000 m3 (17 j). Elle est dotée de 39 bacs de stockage, en plus de 4 sphères de stockage de butane qui permettront d’assurer un approvisionnement de 10 jours durant les période hivernale.

Les objectifs à atteindre

« À partir de la fin du premier semestre 2019, on n’importera quasiment plus d’essence. On importera au grand maximum une cargaison de 30000 tonnes par mois sans plus», a-t-il affirmé. Et de préciser qu’à partir du 2éme semestre 2019, tous les essences produites au nord du pays seront aux normes Euro 5.
Selon M. Mazighi,  la raffinerie qui sera totalement prête à partir du mois de mai prochain, fait partie du programme de réhabilitation des raffineries du Nord du pays (Atzew, Skikda et Alger) datant de 2008.
Il expliqué que les objectifs recherchés à travers ce programme, étaient l’augmentation des capacités de traitement primaire des raffineries, fiabiliser l’outil de production, la transformation et l’adaptation de l’outil production aux normes de consommation, a-t-il rappelé.
Il a indiqué que les raffineries sont soumises aux normes de protection de l’environnement. Elle répond aux normes européennes en matière de récupération de souffres, avec 7 tonnes de souffre récupéré par jour.
Il a assuré en outre que la raffinerie d’Alger sera complètement autonome en matière d’énergie électrique, et ce, grâce aux deux générateurs dont elle est dotée. Elle est également dotée de nouveaux laboratoires qui l’a rendront autonome dans le contrôle de qualité.

« Aujourd’hui, la livraison de ce projet majeur, marque le début d’une nouvelle page »

De son côté, le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour à refusé de parler de réhabilitation, mais de nouvelle raffinerie. « Nous avons mis beaucoup de temps pour relever le défi de remettre en route cette raffinerie. En fait, c’est une nouvelle raffinerie que les gens ont appelé à tort  réhabilitation », à déclaré Ould Kaddour.

« Nous avons appris beaucoup de choses dans la réalisation de ce projet, et la première est la rigueur », a-t-il estimé. Selon lui tous les projets ont connu des retards et des surcoûts, et ce projet, à permis à Sonatrach d’apprendre comment réaliser des projets dans les délais et les coûts.

« Aujourd’hui, la livraison de ce projet majeur, marque le début d’une nouvelle page. C’est un pas de plus vers la réduction des coûts et le respect des délais », a-t-il insisté.

Pour Ould Kaddour les grandes réussites sont rarement individuelles. « C’est ensemble qu’on réussit. Il faut qu’on apprenne toujours travailler ensemble et à communiquer les uns avec les autres, pour pouvoir réaliser de grands projets », a-t-il estimé.

« Je suis à la tête de Sonatrach depuis de deux ans et nous avons réalisé beaucoup de projet, mais, il reste beaucoup à faire, pour que Sonatrach continue à être la locomotive du développement du pays », a-t-il indiqué.

MDI Alger

À noter que l’inauguration de la raffinerie d’Alger à été faite par le ministre de l’intérieur Noureddine Bedoui, accompagné du ministre de l’énergie M. Guitouni, le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour, et le wali d’Alger Abdelkader Zoukh.

Bessa, Résidence la Pinède