Zemali: 7 millions d’emplois créés depuis 1999

Zemali
Mourad Zemali, Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale

7 millions d’emplois avaient été créés depuis 1999, a déclaré ce jeudi le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, lors des questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), selon le site d’Ennahar.

Il a révélé que « plus de 1,17 million de jeunes ont bénéficié du dispositif d’insertion professionnel, alors que 400 000 devraient être intégrés définitivement », précisant que de 1,144 million d’emplois ont été créés dans le cadre de micro-entreprises ».

M. Zemali a par ailleurs indiqué que  « le sud du pays s’est taillé la part du lion en matière de création d’emploi », précisant que 549 000 personnes avaient été placées. Il a souligné que « 1956 personnes ont bénéficié de contrats de travail aidés, avec la création de 1091 micro-entreprises créées ».

Le ministre a révélé que le Fonds nationale de péréquation des œuvres sociales (FNPOS) « a reçu 156 milliards de dinars, depuis la création jusqu’en 2018 ». Il a également contribué à la réalisation de 343 000 logements ruraux.

Des chiffres discutables

Alors que le taux de chômage en Algérie reste très élevé, le premier ministre a indiqué, dans sa déclaration de politique générale, que plus de 1,7 million d’emplois tous dispositifs confondus, ont été créés en deux ans.

Ces chiffres avancés par le premier ministre restent discutables quant à la réalité du marché du travail en Algérie. Le taux de chômage a atteint 11,7% au niveau national en septembre 2018, avec une augmentation de 0,6 point par rapport à avril 2018, selon les statistiques de l’ONS.

Le nombre de population active a atteint 12 463.000 personnes au niveau national, soit une augmentation en volume atteignant 37 000 par rapport à avril 2018 et 165 000 comparativement à septembre 2017, selon les données du même organisme.

Hyundai

Autres statistiques de l’ONS qui mettent à mal l’argument du premier ministre sur la création de l’emploi, est le taux de croissance économique du pays, qui est 1,3% au 1er trimestre de 2018, de 0,7% au second trimestre et de 0,8% au troisième trimestre de la même année. En effet, de tels niveaux de croissance économique ne permettent pas d’assurer une dynamique en matière d’emploi.

Bessa, Résidence la Pinède