Carburants : Les riches consomment six fois plus que les pauvres en Algérie

consommation globale de carburants

Les riches algériens consomment six fois plus de carburants que les pauvres, a indiqué, ce lundi 14 janvier 2019, le Directeur général de la prévision au ministère des Finances, Sidi Mohamed Ferhane.

«Ce qu’a donné comme résultats l’enquête de l’Office national des statistiques, c’est que, le décile 10 (les plus riches), consomme six (6) fois de carburants que le décile 1 (les pauvres)», a fait savoir, M. Ferhane qui s’est exprimé sur les ondes de la radio Chaîne3.

M. Ferhane a indiqué qu’un état des lieux a été fait sur la base d’une enquête de l’ONS relative à la consommation des ménages en 2011, qui a démontré comment et pourquoi la réforme des subventions devrait commencer par les produits énergétiques (électricité, gaz et carburants) subventionnés à hauteur de 1700 milliards de Dinars en 2017. «C’est pour cela qu’en principe, on a commencé déjà à partir de 2015, à relever les prix et surtout à travers la taxe», a-t-il précisé. Il a ajouté que, les autres types de transferts sociaux consomment également environ 1.700 milliards de dinars.

Pour y remédier à cette problématique qui consistent en le fait que les riches sont les plus qui profitent de la politique des subventions en Algérie. L’intervenant a expliqué que, c’est progressivement que ce problème se réglera, notamment, avec le ciblage des subventions tout en maintenant la politique sociale de l’Etat. «En économie on dit que la meilleure solution c’est la vérité des prix, mais, la politique sociale de l’Algérie depuis 1962, est différente de n’importe quelle politique sociale dans le monde. On ne peut pas déroger à cette politique sociale».

Il a estimé que, ce sont les 60% moins riches de la population qui devraient continuer à profiter de la politique de subventions de l’Etat, car, les autres (les riches) peuvent payer le prix réels du carburant.

D’après lui, la réforme des subventions est plus facile pour l’énergie, car, a-t-il expliqué, à ce niveau, le déséquilibre est «très flagrant entre les riches et les pauvres», en matière de consommation des carburants.

Au passage, l’intervenant a signalé que les transferts sociaux, qui à eux seuls consomment au total, 3.500 milliards de dinars, ont commencé à faire l’objet d’une étude destinée à examiner les conditions de réforme et de ciblage des subventions.

 «Le dossier de réforme des subventions est très sensible, c’est pour cela qu’il faut prendre le temps qu’il faut pour ne pas se tromper», a-t-il estimé, ajoutant que, le dossier est au niveau du ministère des finances, et tous les départements ministériels concernés sont impliqués. «On avance doucement mais sûrement», a-t-il indiqué.

MDI Alger

«Il y a un principe, ça doit se passer graduellement et progressivement dans le temps. Cette libération des prix peut prendre 5 ans, 10 ans, et ce sont les pouvoirs publics qui doivent en décider», a-t-il expliqué.

Bessa, Résidence la Pinède