HomeénergieProjet d'exploitation de phosphate à Tébessa : Ouyahia « L’investissement est important, mais, l'emploi...

Projet d’exploitation de phosphate à Tébessa : Ouyahia « L’investissement est important, mais, l’emploi l’est plus»

SONATRACH et l’entreprise chinoise CITIC Construction Co., Ltd, ont procédé, ce lundi 26 novembre 2018 à Bir El Ater à Tébessa, à la signature d’un mémorandum d’entente en vue de la création d’une joint-venture pour la transformation du phosphate et du gaz naturel.

L’accord de partenariat a été signé pour la partie algérienne par le PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour et pour la partie chinoise par le PDG de CITIC, au sein de la Base GEM, dans la wilaya de Tébessa, en présence du Premier Ministre Ahmed Ouyahia

Ce projet de partenariat dénommé « Projet Intégré Phosphates »  qui s’inscrit dans la stratégie du pays, vise la diversification  industriel grâce à la valorisation de ses ressources naturelles, et permettra à l’Algérie de développer une industrie des engrais performante et de devenir ainsi un acteur incontournable dans la production des fertilisants au sein du bassin méditerranéen et dans le monde.

Le Projet Intégré Phosphates a pour objectifs l’exploitation et l’enrichissement des phosphates du gisement de Bled El Hadba, à Bir El Ater (W. Tébessa) avec une capacité de production de 10 millions de tonnes ans de phosphate brut et 6 millions de tonnes an de phosphate marchand.La transformation des phosphates pour la production d’acides phosphorique et sulfurique, à Oued Keberit(W. Souk Ahras) et la transformation du gaz naturel pour la production d’Ammoniac, et des engrais phosphatés et azotés à HadjarSoud (W. Skikda) et l’extension du port d’Annaba pour l’exportation.

D’une capacité de production de l’ordre de 5 millions de tonnes par an, le Projet Intégré Phosphate va répondre à la demande du marche national en engrais et les excédents seront exportés vers le marché international. Les exports annuelsd’engrais permettront un gain net récurrent pour la balance des changes algérienne de l’ordre de 1,5 milliard USD par an.

Le tout sera accompagné de plusieurs autres infrastructures d’alimentation en eau et en électricité, la modernisation de la voie ferrée minière sur 380 km.

Au plan socio-économique le projet va permettre la création de 3 000 emplois directs et plus de 14 000 durant la phase construction. Ce projet donnera la priorité au personnel qualifié algérien.

Sous le pilotage de SONATRACH, Chef de file de la Parie algérienne, la JV sera constituée les sociétés algériennes ASMIDAL ( 34 % ) et MANAL ( 17 % ) , et des sociétés chinoises ( 49 % ) dont le Chef de file est CITIC Construction .

La réalisation du projet démarrera en 2019 et entrera en production en décembre 2022. Le projet a nécessité un volume d’investissement de 6 milliards de dollars.

Lors de son discours tenu à cette occasion, le Premier Ministre Ahmed Ouyahia à indiqué que ce méga projet va faire bouger l’économie dans l’est du pays. «Avec ce projet, Les relations entre l’Algérie et la Chine sont passées de la phase de réalisation contre paiement à l’étape de partenariat économique véridique », a-t-ilsouligné.

« c’est un grand projet qui touchera directement quatre wilayas. Premièrement, En ce lieu nommé Bled En Hadba (Tébessa), qui verra notre pays passer de moins de 1 million t/an d’exploitation du phosphates à environ 10 millions t/an, et l’Algérie détient les 3èmes réservés mondiales de ce monétaire. Cette mine à une durée de vie de 100 ans. Ensuite la wilaya d’Ankara par l’extension du port pour l’exportation, ainsi que les wilayas de Souk Auras (Oued Kebrit) et Skikda (HadjerAssoud) pour la production des engrais. 6 milliards de Dollars d’investissement direct et  7 Mrds DA d’investissements dans les infrastructures (eau, électricité, voie ferrée)», à précisé Ouyahia, en assurant les opérateurs engagés dans ce projet,  que tous les contrats de crédits ont été signés il y a 2 mois, par le CNI avec toutes les entreprises concernées, du port d’Annaba, De la SNTF en passant par celles chargées de l’eau…etc. « tout est prêt pour le lancement du projet », à affirmé Ouyahia.

« L’investissement est important, mais, l’emploi l’est plus, surtout dans un pays caractérisé par la jeunesse de sa population et une importante demande sur l’emploi », a-t-il indiqué.

« En résumé, je peux dire nous assistons au lancementd’un grand projet industriel depuis plus d’une décennie », à estimé Ouyahia, en ajoutant que, outre ses retombées sur la région est du pays, il aura des retombées sur l’économie nationale, notamment, les exportations hors hydrocarbures.

Pour sa part, le PDG de Sonatrach Abdelmoumen OuldKaddour,  lors de intervention à reconnu la complexité du projet, au vu de la multitudes d’acteurs impliqués dans  ce projet, en soulignant que ce projet n’est pas le projet d’une personne , d’une wilaya ou d’un ministère, mais, un projet structurant et fédérateur aux retombées socio-économiques et économiques importantes. OuldKaddour a toutefois assuré que la Sonatrach mobilisera tous les moyens nécessaires pour la concrétisation du projet dans les délais et les coûts.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine