Mustapha Guitouni : « il ne faut pas voir le gaz de schiste comme un ennemi »

pays exportateurs de gaz

Le ministre de l’énergie Mustapha Guitouni a encore confirmé la volonté de l’Algérie d’aller dans les dix ans à venir pour l’exploitation du gaz de schiste.

S’exprimant ce dimanche lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui en marge de l’ouverture de l’atelier international des centres nationaux des données à Alger, M Guitouni a indiqué que le gaz de schiste ne sera pas exploité qu’après  dix à quinze ans, mais « son exploitation est inévitable »a-t-il martelé pour une question d’un journaliste qui insisté sur cette question.

Le ministre a argumenté ses déclarations en indiquant que les technologies ont évolué et que les risques sont très insignifiants. Selon lui « il ne faut pas voir le gaz de schiste comme un ennemi », le gaz de schiste est un moyen pour faire face à la l’augmentation de la demande chez les générations futures ». Et d’ajouter que « nous suivons le monde et nous ne pouvons pas vivre sur une ile isolée» a-t-il souligné.

Dans le même sillage Guitouni a fait savoir que des «études  seront effectuées avant toute utilisation » en donnant l’exemple des Etats Unis qui exploitent le plus normalement possible cette énergie non conventionnelle ,plusieurs pays l’utilisent, il cite le cas des USA, ou des fermes d’exploitation existent dans plusieurs régions.

Par ailleurs il a aussi réaffirmé la vision de l’Algériepour l’exploitation en offshore, « onvient de délimité les frontières maritimes avec l’OIM, cela veut dire que l’Algérie avance dans ces projets.

MDI Alger

Le ministre de l’énergie a évoqué aussi le partenariat de la Sonatrach avec la compagnie américaine Exxon Mobil, indiquant que ce qui intéresse la compagnie nationale c’est le partenariat avec pour développerdavantage son industrie en pétrochimie et créer de la valeur ajoutée suite à ses hydrocarbures. Le ministre s’est félicité aussi du fait que des entreprises étrangèresreviennent. « c’est le résultats de la stabilité juridique que nous sommes en train de mettre en place » a-t-il estimé.

Bessa, Résidence la Pinède