Importations : De nouvelles mesures en cours de préparation

produits interdits à l’importation

Après le systèmes des licences, puis une liste de 851 produits interdits à l’importation. Le Ministre du Commerce Said Djellab a annoncé ce mardi à Alger, que de nouvelles mesures sont en cours d’élaboration pour protéger la production nationale.

En effet, selon le site de la radio nationale, le Ministre du Commerce a déclaré en marge d’une rencontre sur les exportations hors-hydrocarbures organisée à au siège d’Algex, qu’ «une réflexion est engagée au niveau de ministère du Commerce pour l’élaboration d’un nouvel instrument de protection de la production nationale».

Selon Djellab, «ce nouvel instrument pourrait porter, entre autres, sur l’introduction de droits additionnels provisoires et nous sommes en train de réfléchir sur leur conception», a-t-il répondu à une question de la presse sur l’éventualité de suppression de la liste des produits suspendus temporairement à l’importation et son remplacement par d’autres mesures.

A ce propos, le Ministre a affirmé «il y avait une mise à jour à faire de la liste des produits suspendus temporairement à l’importation». En expliquant que «les principaux objectifs de la suspension provisoire d’importations de 851 produits sont le rééquilibrage de la balance commercialeet l’octroi d’une marge de manœuvre aux opérateurs économiques pour augmenter leurs capacités de production et encourager l’investissement dans certaines filières».

Djellab a fait savoir que «nous avons réuni les opérateurs activant dans de différentes filières. Ils se sont engagés et il y a déjà des contacts avec des investisseurs étrangers pour la délocalisation de la valeur ajoutée des pays fournisseurs vers l’Algérie».

Tout en relevant que «l’Algérie est considérée, jusqu’à maintenant, comme un marché des produits finis par certains pays», Djellab a expliqué selon la même source, que «le message envoyé, à travers les mesures de sauvegarde commerciale, est qu’une partie de la valeur ajoutée, à savoir la croissance et la création de postes d’emploi, doit être réalisée en Algérie».

GMI BS

Par ailleurs, selon le même responsable, son département est en train «de recenser tous les intervenant dans la commercialisation des véhicules, et ce, pour constituer une base de données en matière des prix appliqués». A cet effet, il a précisé qu’«près la finalisation de ce recensement, le ministère du Commerce donnera son avis».

Bessa, Résidence la Pinède