Assurances : Le chiffre d’affaires recule de plus 1,5% au premier semestre de 2017

Le chiffre d’affaire des assurances subit directement les conséquences de la crise financière que connait le pays. Selon des estimations, ce chiffre baisserait de 1,5 % à 2% au premier semestre de l’année en cours, par rapport à la même période de l’année précédente a indiqué aujourd’hui Bouziane Mahfoud, responsable de département d’assurance sur les risque des particuliers et des professionnels à la société nationale des assurances (SAA) et représentant de l’union nationale des compagnies d’assurances et de réassurances.

Un recul qui est justifié par la situation économique de pays, mais aussi « c’est un chiffre qui est attendu » a expliqué Bouziane lors de son passage à la radio nationale. « Nous avons même prévus un chiffres d’affaire plus bas » a-t-il fait savoir.

Revenant en détails sur cette situation, l’invité de la radio a souligné que la filière automobile qui représente plus de 55% du chiffre d’affaire des compagnies d’assurances, a subit aussi le même sort, avec une baisse de prés de 3%, notamment avec l’interdiction des importations pour cette année. Ajoutant à cela la baisse du pouvoir d’achat des ménages qui ne dépensent pas comme avant pour assurer leurs biens. De ce fait, les compagnies ont revu à la baisse leurs provisions pour cette filière.

S’agissant des dossiers qui connaissent un sinistre dépassant le montant d’un millions de dinars et qui connaissent un blocage depuis plusieurs années, Bouziane a souligné que le traitement  ont atteint tous les dossiers de 2013 et2014, ce qui est équivalent à 150 000 cas, soit 70% des dossiers restants. « Une opération qui a couté près d’un milliard de dinars pour les compagnies » a-t-il ajouté.

Baisse de 25% des assurances agricoles

L’assurance agricole n’a pas échappée à la règle, puisqu’elle aussi a baissé de 25%, a révélé Bouziane. Un recul qui est du essentiellement au recul des crédits aux projets agricoles. Selon ses explications, « la sécheresse que connait le pays a installé une réticence chez les agriculteurs pour investir ce qui a fait baisser la production ».

De ce fiat, l’intervenant a lancé un appel afin que les agriculteurs de toutes les filières assurent leurs projets. « Ce n’est pas normal que des sinistres soient remboursés par le trésor public » a t-il souligné. Toutefois, il a expliqué que « la sensibilisation ne donne toujours pas les effets escomptés », et en ce temps de crise, » le trésor public ne peut pas supporter davantage de sinistre ».

D’ailleurs, les derniers feux de forets, les remboursements ont été minimes, car, » peut de forets ont été assurées » a-t-il expliqué. Cependant, l’invité a suggéré une solution qui serai peut-être de ne plus remboursé les gens qui ne sont pas assurés », car « l‘intervention de l’Etat doit se faire uniquement pour les grandes catastrophes ».

MDI Alger

Sur un autre volet, le responsable au sein de la SAA a indiqué que des nouveaux produits d’assurances islamiques seront lancés prochainement. « Un projet de loi sur ces produits sera soumis au parlement prochainement » et dés que la loi sera effective, les entreprises d’assurances « commenceront à commercialiser ces produits » ainsi répondre a une demande longtemps demandée sur e marché.

Bessa, Résidence la Pinède