Le Ministère de commerce appelle les opérateurs économiques à participer en force au Forum d’affaires africain

Le Ministère du commerce afin de contribuer à la  réussite  du forum africain d’affaires et d’investissement, prévu du 03 au 05 décembre à Alger, vient de lancer  un appel à tous les opérateurs économiques  notamment les exportateurs et hommes d’affaires à la recherche d’opportunités d’investissements et d’affaires, à prendre part à ce premier forum, prévu au Centre International de Conférences d’Alger.

Pour le ministère, ce rendez-vous constituera une opportunité exceptionnelle pour les opérateurs économiques de contribuer à travers une intensification du partenariat intra-africain, à une plus grande intégration de l’économie africaine.

L’organisation de cette grande manifestation économique , pilotée par le ministère des affaires étrangères ainsi que le Forum des Chefs d’entreprises, réunira, faut-il le souligner,près de 2000 entreprises, institutions et médias autour de l’expression du « travailler ensemble pour réussir ensemble » pour le développement du potentiel économique africain, et de contribuer ainsi, à la mise en œuvre des décisions et du plan d’action de l’Union Africaine pour l’intensification du commerce intra-africain et sa stimulation.

Selon les organisateurs, le Rendez-vous d’Alger se veut, une opportunité pour tous les entrepreneurs, hommes d’affaires et opérateurs africains qui souhaiteraient être une partie prenante de la revitalisation de l’économie africaine et en définitive de la renaissance de notre continent.

Il faut reconnaitre que les échanges commerciaux Algérie-Afrique restent faibles et ce en dépit des fortes potentialités qu’offre le marché africain aux entreprises nationales.

Le Gouvernement algérien, pour faire face à la crise du marché pétrolier, invite les investisseurs algériens à s’orienter vers l’Afrique, notamment l’Afrique subsaharienne, qui représente un énorme potentiel d’échanges commerciaux sachant que les exportations algériennes vers l’Afrique subsaharienne ne représentent que 0,15% de l’ensemble de nos exportations pour un continent de plus d’un milliard d’êtres humains. Pourtant le marché africain présente des besoins immenses dans des domaines tels que les équipements industriels, les produits manufacturés et l’agroalimentaire.

Bessa, Résidence la Pinède