Accueilla deuxDattes : la filière "souffre de problèmes liés à la production, à...

Dattes : la filière « souffre de problèmes liés à la production, à la commercialisation et aux mécanismes d’exportation »

- Advertisement -

Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni, a souligné, jeudi- soir dans la commune de Djemora (45 km au nord-est de Biskra) « l’importance d’organiser la filière des dattes pour protéger ce fruit en tant que produit national de valeur économique et culturelle ».

Le ministre, en visite de travail dans la wilaya de Biskra, a souligné, lors d’une rencontre avec les opérateurs économiques et les producteurs de dattes, tenue dans la salle de réunion de l’usine Cilas de production de ciment, que cette filière, qui doit être prise en charge en raison de sa valeur économique, « souffre de problèmes liés à la production, à la commercialisation, à la structure des prix et aux mécanismes d’exportation ».

The graduate Fair

Zitouni dénonce les « intrus qui portent préjudice à la filière dattière »

M. Zitouni a également déploré « le manque d’homogénéité » et les « intrus qui portent préjudice à la filière dattière », ce qui nécessite, selon lui, des rencontres avec les professionnels pour lever toutes les entraves à l’exportation et faciliter l’arrivée des dattes algériennes sur les marchés internationaux.

L’Algérie, qui produit plus de 265 variétés de dattes, à leur tête « Deglet Nour » dont la qualité est mondialement reconnue, se trouve pourtant « en queue de peloton dans la liste des exportateurs de dattes au niveau international, au moment où certains pays sont en tête de liste sans produire ce fruit », a révélé M. Zitouni, selon l’agence APS, notant, à cet égard, que dans le cadre des mesures strictes qui seront prises pour lutter contre la contrebande de dattes, toutes les propositions visant à réguler les marchés locaux et à exploiter les espaces au profit des commerçants honnêtes sont étudiées.

L’Algérie produit 1,4 million de tonnes de dattes par an

Dans le même contexte, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations a rassuré les phoeniciculteurs en affirmant que cette filière sera organisée et que la production nationale qui est de 1,400 million de tonnes annuellement « ne sera exportée qu’au nom de l’Algérie, pas au nom d’autres pays » ou « restera en Algérie ».

S’agissant de la promotion de la production nationale, dans le cadre d’une approche économique et scientifiques, M. Zitouni a souligné que l’Algérie « a accompli des progrès en matière d’exportation hors hydrocarbures, et écoule à l’étranger, des matériaux de construction, pour lesquels l’Algérie est passée de l’importation à l’exportation, ainsi que du fer et les médicaments, tels que l’insuline qui couvre, cette année, les besoins nationaux et commencera à être exportée dès l’année prochaine ».

La cimenterie Cilas a exporté un million de tonnes

En marge de sa visite dans la wilaya des Ziban, le ministre, accompagné des autorités locales, a supervisé le chargement d’une cargaison de ciment produit par l’usine Cilas, destinée à l’exportation.

Cette cimenterie, rappelle-t-on, a atteint, depuis le début de l’année, la barre d’un million de tonnes exportées vers des pays d’Afrique et d’Amérique.

M. Zitouni avait auparavant rendu visite à un investisseur agricole activant dans la commune de Meziraâ, et qui exporte ses productions de fruits et légumes, puis inspecté une unité de conditionnement de dattes dans la commune de Tolga.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine