HomeActualitéNationalAffaire de corruption à l'entreprise portuaire de Skikda : la justice rend...

Affaire de corruption à l’entreprise portuaire de Skikda : la justice rend son verdict

La Cour de justice de Skikda rendu lundi 19 décembre 2022 son verdict dans l’affaire de corruption touchant l’entreprise portuaire de Skikda, en condamnant les accusés à des peines allant d’un an à cinq ans de prison ferme.

Ainsi, selon le verdict, rapporté par la radio algérienne, l’ex-PDG et l’ex-président du comité de participation de l’entreprise portuaire de Skikda ont ainsi écopé chacun de cinq ans de prison ferme avec mandat de dépôt.

De cadres et des chefs de services de l’entreprise ainsi que des opérateurs économiques, dont l’un est le fils d’une ancienne personnalité politique, ont été condamnés à d’un an et trois ans de prison ferme. D’autres accusés ont été acquittés.

Concernant les chefs d’accusation, les accusés ont été poursuivis pour délits d' »établissement d’un rapport affirmant des faits matériellement incorrects », « dissimulation de documents », « abus de fonction pour exécuter un travail en violation des règlements pour permettre à autrui d’obtenir des bénéfices indus » et « dilapidation de deniers publics et exploitation illégale de biens publics pour le bénéfice d’autrui ».

Ils ont également été poursuivis pour « malversation sur des fonds des oeuvres sociales au port », « envoi de personnes en des voyages payés par l’entreprise » et « financement occulte d’un parti politique ».

En mai dernier, les accusés avaient été condamnés par le tribunal de première instance à des peines allant d’un an et trois ans de prison ferme, tandis que certains d’eux ont été acquittés.

Sur ordre du juge d’instruction près le pôle pénal de Constantine, l’accusé principal (l’ex-PDG de l’entreprise portuaire de Skikda) et le président du comite de participation se trouvent sous mandat de dépôt depuis octobre passé, pour délit de « dilapidation de deniers publics, abus de fonction et falsification » dans une affaire se rapportant à un trou financier de 8 milliards DA des fonds des oeuvres sociales.

Le parquet avait requis des peines de 5 à 10 ans de prison contre l’ensemble des accusés.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine