HomeActualitéNationalHenni : la valeur de la production agricole a augmenté de 38%

Henni : la valeur de la production agricole a augmenté de 38%

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, a indiqué, ce lundi, que la valeur de la production agricole a atteint 4.550 milliards de dollars, soit une augmentation de 38% par rapport à l’année dernière.

« Nous avons les résultats par rapport à la valeur de la production agricole. En 2021, nous étions à 3.500 milliards de dinars de valeur de production. En 2022, nous avons déjà les pré-bilans, nous sommes à 4.550 milliards de dinars. Nous avons une augmentation de 38 % de la valeur de la production agricole », a déclaré le ministre sur les ondes de la radio chaîne 3.

M. Henni a estimé que l’Algérie est en mesure d’atteindre l’autosuffisance en production de céréales et de baisser ainsi la facture d’importation. « On a déjà enregistré une baisse des quantités importées », a-t-il dit.

Le ministre a également évoqué la décision prise dernièrement, à savoir « l’importation de matériel agricole de moins de cinq ans pour les grandes cultures, notamment au niveau des régions sud pour une plus grande performance pour notre système de production ».

Au sujet de l’agriculture saharienne, il a indiqué qu’elle « est une priorité absolue dont nous sommes convaincus. » « Nous avons des disponibilités foncières, la création de l’office de développement de l’agriculture saharienne en 2021 et la mise à disposition d’un portefeuille qui avoisine les 250.000 hectares et qui sont exploités dans l’immense majorité des cas », sont autant de facteurs encourageants, a-t-il expliqué.

Selon lui, ces régions disposent d’un potentiel de production considérable. En plus des céréales et du maïs, « nous avons également tout ce qui est cultures fourragères et production de graines oléagineuses, notamment le tournesol (…) ».

« Nous nous orientons essentiellement vers le tournesol qui obéit à des règles connues, notamment tout ce qui est de l’itinéraire technique. Il ne faut pas oublier que nous avons produit du  tournesol dans les décennies précédentes. Donc, ce n’est pas une filière qui est inconnue pour nos agriculteurs », a-t-il précisé.

Le ministre fait savoir que la production du colza n’a pas été abandonnée d’une manière définitive. « Les gens qui veulent continuer le programme du colza peuvent le faire sans aucun problème », a-t-il dit.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine