HomeénergiePétrole : les cours à leurs plus hauts en près d'un mois

Pétrole : les cours à leurs plus hauts en près d’un mois

Les cours du pétrole évoluaient vendredi à leurs plus hauts en près d’un mois, profitant du resserrement de l’offre qui se profile comme de spéculations du marché autour d’un potentiel allégement de la politique zéro-Covid en Chine.

Vers 10H40 GMT vendredi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier 2023, prenait 2,79% à 97,31 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en décembre grimpait de 3,23% à 91,02 dollars. « Le resserrement imminent de l’offre continue de soutenir les prix », commentent les analystes de Commerzbank.

Outre la réduction de l’objectif de production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (OPEP+) de 2 millions de barils par jour pour le mois de novembre, « l’embargo de l’UE et le plafonnement prévu du prix du pétrole russe ajoutent à la tension sur le marché », poursuivent-ils.

La presse financière rapporte que les pays membres du G7 et l’Australie se sont mis d’accord pour fixer un plafond fixe pour le prix du pétrole russe plutôt qu’un taux variable, dans un objectif de clarté.

Jeudi, le Royaume-Uni s’est aligné sur l’Union européenne, en interdisant aux navires et prestataires de services britanniques de contribuer au transport maritime de pétrole russe vendu au-dessus du prix plafond fixé par le G7 et l’Australie.

Les services visés par l’interdiction comprennent notamment l’assurance du transport de brut, un type d’assurance appelé protection et indemnisation (P&I) indispensable aux navires pétroliers couvrant des risques allant des guerres aux dommages environnementaux pour des montants qui peuvent être colossaux. Le Royaume-Uni détient 60% de ce marché.

Les deux références mondiales du brut grimpaient aussi vendredi « en raison de l’espoir que la Chine s’apprête à assouplir enfin les restrictions sanitaires », explique Han Tan, d’Exinity.

Les analystes affirment que le marché guette le moindre signe de relâchement de la politique zéro-Covid chinoise, les spéculations sur des allègements se renforçant depuis une semaine. De quoi relancer la demande au sein du plus grand importateur mondial de brut.

« Il ne s’agit pour l’instant que de pures spéculations », tempère toutefois Craig Erlam, analyste chez Oanda, « mais cela ne semble pas avoir empêché le pétrole de remonter ».

La Chine est la dernière grande économie à appliquer une politique anti-Covid rigoureuse, qui implique des confinements à répétition, des tests de la population plusieurs fois par semaine et de longues quarantaines.

AFP

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine