HomeActualitéInternationalCrise du gaz : Gazprom menace les Européens d'un hiver glacial

Crise du gaz : Gazprom menace les Européens d’un hiver glacial

Dans une courte vidéo publiée en ligne, l’entreprise russe Gazprom promet aux Européens un hiver glacial, faute de gaz en quantité suffisante.

Le clip, nommé « L’hiver sera rude », met en scène un salarié de la firme se rendant dans les locaux pour, littéralement, fermer le robinet du gaz. Une chape de froid s’abat alors sur le monde, et surtout l’Europe, rapporte le site de la chaîne française TF1, qui estime que « la menace est à peine voilée avec l’apparition successive du drapeau de l’UE et d’images de Berlin et de Paris. »

« Gazprom va même jusqu’à se moquer des arbitrages européens en mettant en avant les éoliennes, les panneaux photovoltaïques et autres centrales hydro-électriques, comme pour dire qu’elles ne suffiront pas en cas d’arrêt définitif des livraisons de gaz russe », explique la même source, qui note qu' »une musique dramatique englobe le tout, comme pour donner encore plus de force aux images. » 

La même source souligne que « jusqu’ici, la firme se réfugiait essentiellement derrière de prétendues défaillances techniques, notamment celles du gazoduc stratégique Nord Stream ». 

Vendredi 2 septembre, Gazprom a annoncé que le gazoduc Nord Stream, reliant la Russie au nord de l’Allemagne, qui devait reprendre du service samedi dernier après une interruption de trois jours pour des opérations de maintenance, serait finalement « complètement » arrêté jusqu’à la réparation d’une turbine, sans préciser de délai.

Les prix du gaz ont explosé ces dernières semaines en Europe. Ce mercredi, le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du marché européen évoluait à 229,700 euros le mégawattheure (MWh), mais en baisse par rapport aux jours précédents et aussi après les déclarations du président russe, Vladimir Poutine, qui a déclaré que la Russie ne livrera plus de pétrole ou gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou.

Plafonner les prix « serait une décision absolument stupide », a lancé M. Poutine lors d’un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe). « Nous ne livrerons rien du tout si c’est contraire à nos intérêts, en l’occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (…). Rien », a-t-il ajouté, qui a démenti que Moscou utilisait l’énergie comme une « arme » contre l’Europe, quelques jours après l’arrêt des livraisons de gaz russe via le gazoduc Nord Stream.

Après l’annonce de l’arrêt complet du gazoduc Nord Stream 1 par le russe Gazprom, l’euro a également plongé sous le seuil de 0,99 dollar lundi pour la première fois depuis 20 ans. Ainsi, la monnaie unique européenne reculait de 0,26% à 0,9903 dollar, après avoir chuté jusqu’à 0,9883 dollar, son plus bas depuis décembre 2002. Depuis le début de l’année, la monnaie européenne a perdu 13% face au dollar.

A noter que malgré les sanctions occidentales contre la Russie, décidées en raison de l’invasion de l’Ukraine en février dernier, Moscou a engrangé 158 milliards d’euros au premier semestre 2022 grâce à ses exportations d’hydrocarbures. Même si le volume de gaz exporté a baissé lors des mois de juillet et août 2022 (-25%), les recettes du Kremlin ont, elles, explosé (+30%).

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine