HomeActualitéNationalLes navires Timgad et Sedrata toujours bloqués dans un port belge

Les navires Timgad et Sedrata toujours bloqués dans un port belge

Plusieurs navires de transport de marchandises de la Compagnie nationale de transport maritime de marchandises « CNAN-Nord » ont été bloqués l’année dernière dans des ports européens en Belgique, Espagne et France.

Si la situation des cargos algériens (Stidia, Saoura, Tinzirène, Kherrata, Constantine) bloqués dans des ports espagnols et français a été réglée et ont pu être rapatriés, ce n’est toujours pas le cas des navires Timgad et Sedrata, qui sont immobilisés dans le port d’Anvers en Belgique depuis plusieurs mois. Le premier est dans cette situation depuis novembre 2021, et le second, depuis février 2022.

« Après des hésitations et des retards incompréhensibles, les autorités ont fini par décider de lever les réserves émises par la puissante Fédération des travailleurs du transport maritime (IFT) et les autorités portuaires d’Anvers à l’origine de ces immobilisations », rapporte le journal El Watan dans son édition de ce mardi 23 août. Malgré cela, précise la même source, la délégation officielle algérienne dépêchée en Belgique pour débloquer la situation, et après un long séjour, elle n’a toujours pas obtenu la libération des deux cargos. Le même journal souligne que « le risque de les perdre est omniprésent et doit interpeller les autorités ».

Concernant le Timgad : « Une caution de 8,4 millions de dollars a été déposée récemment, comme l’a exigé l’affréteur D-Shipp, le jour où il a immobilisé le navire sur décision du tribunal. De même que les réserves émises par l’IFT, liées au paiement des salaires des marins embarqués ou en congé et qui ont été à l’origine de la mise en situation d’abandon du navire ont été levée, puisque les virements ont été effectués à tous les marins et la situation de ces derniers a été assainie », a expliqué à El Watan, le secrétaire général du syndicat de Cnan-Nord, Bensouna Khiri.

Et d’ajouter : « Bizarrement, à ce jour, rien n’a été fait. Il y a comme un acharnement à vouloir maintenir le navire qui appartient à l’Etat algérien, et donc n’est pas considéré comme un navire de complaisance, en état d’abandon. Pourquoi ? Nous ne le savons pas ».

Pour ce qui du Sedrata, Bensouna Khiri a indiqué : « Le navire a été immobilisé pour expiration de l’assurance mais aussi pour des prescriptions techniques relevées par les autorités portuaires. Un chantier a été retenu pour effectuer des réparations et des mises en conformité. Il attend juste une place pour être pris en charge. Mais jusqu’à présent, il n’a pas eu le feu vert pour être libéré. » 

Le syndicaliste craint que ces blocages « soient le fait d’une volonté délibérée de tierces personnes ou entités de maintenir les deux navires immobilisés pour les accaparer par la suite ».

Le 24 février dernier, l’ex-ministre des Transports, Aïssa Bekkaï, avait expliqué que la mauvaise gestion des sociétés et l’absence de contrôle constituent les principales causes à l’origine de la saisie des navires marchands algériens dans certains ports européens en 2021.

L’ex-ministre avait même déclaré que la situation du Timgad (toujours bloqué à Anvers) avait été régularisée. Il avait souligné que la saisie est due à « une défaillance technique » et à « des raisons liées à la situation financière des sociétés qui n’ont pas pu maintenir les navires en état de navigabilité ».

« Aucun navire, non muni d’une autorisation de contrôle, ne sera autorisé à quitter les ports algériens » et qu' »un plan d’urgence a été mis en place pour relancer les sociétés commerciales propriétaire de ces navires et les rendre conformes aux standards internationaux », avait annoncé M. Bekkaï, qui avait été limogé le 10 mars dernier.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine