HomeLa uneFermeture des ports secs : plus de 4000 emplois perdus

Fermeture des ports secs : plus de 4000 emplois perdus

La Direction Générale des Douanes (DGD) avait annoncé, fin mars 2021, l’achèvement des dernières procédures de fermeture des ports secs restants, dans le cadre de l’opération d’assainissement de ce secteur, entamée en juin 2020.

Cette décision a « infligé de lourdes pertes financières aux opérateurs, soit 4.090 emplois perdus, en sus d’une perte annuelle du chiffre d’affaires de 7,7 milliards Da, une perte annuelle de 9 milliards Da au titre des investissements gelés ainsi qu’une perte annuelle de 2,2 milliards Da pour le Trésor public. Ces opérateurs ont rappelé que leurs ports « répondaient aux normes internationales ».

C’est ce dont fait état des gestionnaires de ces ports devant la Commission des affaires économiques, du développement, de l’industrie, du commerce et de la planification à l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une réunion tenue jeudi et consacrée à l’écoute des préoccupations de ces opérateurs.

Les intervenants ont insisté sur la nécessité d’examiner les raisons derrière cette décision qui « a mis fin à la source de subsistance de milliers de familles algériennes » et « privé le commerce extérieur d’une source de financement efficace pour le développement économique ».

Les opérateurs en question ont également mis en garde contre le danger de stocker certains produits périssables, au niveau ports humides, et nécessitant une norme spéciale pour éviter tout éventuel décomposition ou pourrissement, étant donné que « le port d’Alger est destiné uniquement au transit », soulignant, à cet effet, l’impératif de relancer leurs activités afin de « contribuer directement au développement de l’économie nationale », lit-on dans un communiqué de l’APN relayé par l’agence APS.

Selon la même source, la réunion, présidée par M. Ismail Kouadria, président de la Commission, s’inscrit dans le cadre de « l’examen des conditions de travail des utilisateurs des bases logistiques et des entraves que rencontrent les opérateurs économiques dans le mouvement marchand et le dispatching de l’activité nationale ».

A l’entame de la réunion, M. Kouadria a réaffirmé « la nécessité pour les opérateurs économiques de coopérer pour dynamiser l’économie nationale, et contribuer, chacun de son côté, à la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, portant édification de l’Algérie nouvelle ».

Au terme de la rencontre, le président de la Commission s’est engagé, à « transmettre les préoccupations des gestionnaires de ports secs à l’autorité compétente et examiner, avec les membres de la Commission, les raisons à l’origine de ces difficultés afin de parvenir à des solutions à même de relancer l’activité des opérateurs dans cette activité économique ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine