Le Cread planche sur l’impact socio-économique de la Covid-19 en Algérie

Le Cread planche sur l'impact socio-économique de la Covid-19 en Algérie

Intéressante conférence sur la pandémie de Covid-19 et ses conséquences sur la société algérienne, que le Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (CREAD) a organisé le jeudi 24 juin 2021 à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) d’Alger.

Une dizaine de chercheurs de diverses disciplines ( économie, sociologie, anthropologie, statistiques etc.) ont, à cette occasion, porté des regards croisés sur les conséquences multiformes de cette crise sanitaire sur la société algérienne et les réactions, tout aussi diverses, de certains acteurs socioprofessionnels qui furent contraints de gérer cet inattendu fléau.

Chacun de ces spécialistes s’est attelé à rendre plus lisibles les comportements individuels et collectifs provoqués par cette pandémie et à décrire les ripostes les mieux adaptées pour assurer un minimum de continuité aux activités fragilisées ou, carrément sinistrées, par cette subite et dangereuse déferlante de Coronavirus. Il s’agit principalement de l’enseignement secondaire et supérieur, du travail dans certaines branches d’activités économiques, du transport et du tourisme.

Pas moins de 9 études portant sur cet ensemble de chamboulements provoqués par cette pandémie, ont été réalisées par ces chercheurs, aux moyens d’enquêtes qui ont réussi à mettre évidence, diverses facettes de ce phénomène inédit, qui ne cesse de modifier les comportements d’une société en quête quasi obsessionnelle d’adaptations aux nouvelles conditions imposées par cette maladie.

Cette pandémie a en effet ouvert la voie à des opportunités qui ont permis de contourner certaines difficultés générées par cette maladie, à commencer par le recours aux technologies de l’information et de la Communication qui ont permis d’assurer â distance la continuité du travail dans les entreprises et les institutions, ainsi que dans les établissements d’enseignement et de formation contraints à de longues périodes de confinement. Il y a aussi tous les moyens inédits que les populations ont dû adopter pour pouvoir voyager, communiquer et se déplacer au sein de leurs communautés en période de restrictions.

Les détails de ces études, réalisées par d’éminents chercheurs tels que Amina Merah, Chemseddine Tidjani, Riad Belghebrid, Lahna Idres, Mohamed Kadi, Narimane Benabderrahmane, Billal Aliat, Walid Merouani et Abdelkrim Zoheir Hadefi, se trouvent dans les Cahiers du Cread, que publie périodiquement cet important centre de recherche en économie appliquée pour le développement.

Les intervenants ont tour à tour, exposé les résultats de leurs recherches qui ont pu faire la lumière sur bon nombre d’aspects réels ou seulement ressentis, de cette pandémie, qui promet malheureusement de s’installer dans la durée, au point de commencer déjà à imposer de nouvelles règles de vie, aussi bien, aux acteurs économiques et sociaux, qu’aux citoyens ordinaires.

De nombreuses questions ont fusé à l’occasion des débats, tant la question des répercussions de cette pandémie sur tout un faisceau d’activités humaines, commence à tarauder l’esprit des différents acteurs de la société algérienne ( autorités politiques et sanitaires, chefs d’entreprises, enseignants etc.) qui ne souhaitent surtout pas être pris de cours par ses effets contraignants.