Des dizaines d’enseignantes fuient Bord Badji Mokhtar

Des dizaines d’enseignantes fuient Bord Badji Mokhtar

Depuis l’horrible agression de neuf (9) enseignantes mardi 18 mai dans leur logement de fonction à Bordj Badji Mokhtar, la panique s’est emparée de la communauté de l’éducation dans cette ville frontalière avec le Mali, en raison de l’insécurité qui y règne. Plusieurs dizaines d’enseignantes ont fuit Bordj Badji Mokhtar.

En effet, selon le journal El Watan qui rapporte l’information, « aujourd’hui (jeudi, ndlr) cinquante sept enseignantes, tout cycle confondu, ont quitté la ville par avion, trente huit autres ont pris le risque de faire le voyage par route, jusqu’à Adrar (770 km en grande partie en piste), dans des camions, et vingt autres sont parties mercredi dernier, fuyant le climat de terreur, qui règne depuis l’agression menée en pleine nuit, contre neuf institutrices à l’intérieur de l’école N°10 de Bordj Badji Mokhtar, où elles enseignent. »

Selon Ghafour Bensalmane, secrétaire du SATE (Syndicat algérien des travailleurs de l’éducation), tous les syndicats de l’éducation ont décidé d’arrêter les cours dans tous les établissements de la wilaya d’Adrar et de Bordj Badji Mokhtar, et d’organiser des rassemblements de protestation tous les jours de la semaine, jusqu’à ce que le ministre de l’éducation se déplace sur les lieux. Dans le cas échéant, ils annoncent le boycott de tous les examens.

Le parquet d’Adrar révèle les détails de l’enquête judiciaire

Le premier procureur général adjoint de la Cour d’Adrar, Mahmoud Bouleksibat, a révélé, hier (jeudi), les détails de l’enquête judiciaire sur l’affaire des neuf (9) enseignantes sauvagement agressées.

Lors d’une conférence de presse, le premier procureur général adjoint a précisé que l’enquête ouverte par le parquet a révélé « un cas de viol commis sur une enseignante », « coups et lésions corporelles graves sur quatre enseignantes », « menaces à l’arme blanche » et « vol d’effets personnels », rapporte la rédaction web du journal Liberté.

La même source a fait état de « l’arrestation de 9 suspects », dont « quatre ont avoué leur crime ». Ils ont été présentés, jeudi, devant le procureur de la république près le tribunal de Bordj Badji Mokhtar.