Législatives : près de 1200 listes rejetées pour des liens aux milieux suspects de l’argent et des affaires

Mohamed Charfi, président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) (Photo archives)

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a annoncé, hier soir, que 1483 listes ont été acceptées sans réserve pour prendre part aux élections législatives prévues le 12 juin prochain dont 646 listes présentées au titre d’un parti politique et 837 listes indépendantes, rapporte ce lundi 10 mai 2021 l’agence officielle.

L’ANIE a réceptionné 4900 listes ayant exprimé leur intention de prendre part aux législatives du 12 juin prochain et ayant retiré les formulaires de candidature, a précisé M. Charfi lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre avec des représentants de 16 partis politiques.

Le nombre de listes ayant déposé les formulaires de candidature a atteint 2490 dont 1237 présentées au titre d’un parti politique et 1253 listes indépendantes, selon M. Charfi qui a indiqué que le nombre de dossiers de candidature déposés à l’ANIE était de 25416, dont 12854 dossiers déposés par des partis politiques et 12562 dossiers déposés par des indépendants.

Le nombre de listes acceptées mais qui incluent en leur sein un candidat rejeté a atteint 898 listes dont 462 listes présentées au titre d’un parti politique et 436 listes indépendantes.

Évoquant les causes de rejet de certaines listes, M. Charfi a indiqué qu’elles étaient liées aux milieux suspects de l’argent et des affaires (1199 listes rejetées), aux personnes condamnées à des peines privatives de liberté (281 listes) et au manque de documents requis (410 listes).

Il a également cité d’autres causes dont les conditions d’âge (89 listes rejetées), la non-inscription sur les listes électorales (129 candidats), ainsi que la situation vis-à-vis de l’administration fiscale (72 cas) et du Service national (62 cas), la présence de plus de deux personnes sur une même liste ayant des liens de parenté (7 cas) et l’occupation d’une fonction ne permettant pas de se porter candidat (3 cas).

Pour ce qui est des dossiers rejetés définitivement, l’Autorité a comptabilisé à dimanche midi 297 listes.

Les causes du rejet sont liées au non-respect de l’âge (47 cas), du niveau universitaire (6 cas) du nombre de formulaires (162 cas) en sus du non-respect de la parité.

Concernant les recours déposés auprès des tribunaux administratifs, il ont atteint 847 dont 450 déposés par des partis politiques et 397 émanant de candidats indépendants.

APS