Algérie Poste menace les travailleurs grévistes

Coronavirus: Algérie Poste appelle à utiliser ses services à distance

Face à la grève de ses travailleurs qui s’est poursuivie ce jeudi 15 avril 2021 pour le quatrième jour consécutif dans certains bureaux de poste, Algérie Poste a haussé le ton en menaçant de prendre les mesures légales pouvant aller jusqu’au licenciement des grévistes.

« Face à la poursuite du mouvement de grève illégal au niveau de certains bureaux de poste, ce qui a empêché les citoyens de retirer leurs salaires et leurs pensions notamment en ce mois de ramadan, Algérie Poste porte à la connaissance des travailleurs grévistes, qui ne rejoindrons pas leurs postes, que les procédures légales et organisationnelles en vigueur seront appliquées à leur encontre dont le licenciement sans préavis et sans indemnisation », a menacé l’entreprise dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, précisant que « les cas d’arrêt de travail au niveau de tous les bureaux de poste sont suivis et enregistrés de façon continue ».

La direction générale d’Algérie Poste a également rappelé que « la décision rendue par le tribunal de Dar El Beida le 13 avril 2021 considère illégal, le mouvement de grève enregistré dans certains bureaux de postes depuis le 12 avril 2021 », a conclu le communiqué.

Les travailleurs d’Algérie Poste ont déclenché un mouvement de grève depuis lundi dernier à la veille du mois de ramadan. Ils revendiquent le versement de leur prime d’intéressement et la prise en charge de leurs revendications en suspens depuis des années. Ce revendications consistent en : le versement des primes de rendement individuel et collectif, des heures travaillées pendant le weekend, la réintégration des travailleurs suspendus ou licenciés, la régularisation des dossiers des postiers qui exercent des fonctions autres que celles définies dans les documents de nomination au poste.

L’intervention de la directrice générale d’Algérie Poste n’a pas convaincu les grévistes qui ont décidé de poursuivre leur mouvement. Dans une vidéo diffusée dans la soirée de lundi sur les réseaux sociaux, la DG a assuré que la prime d’intéressement sera versée durant le mois de ramadan en cours et que les autres revendications dépendaient de l’installation du syndicat de l’entreprise.

Dans un communiqué publié mercredi soir, la direction générale d’Algérie Poste a indiqué avoir « rempli son premier engagement en versant la première tranche de la prime d’encouragement », soulignant avoir procédé à l’installation du comité national chargé de la préparation de la conférence nationale élective du syndicat de l’entreprise, en vue de prendre en charge les problèmes socioprofessionnels et préparer la tenue de la conférence.

Ce jeudi, le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, a indiqué à Alger avoir instruit la direction générale d’Algérie Poste (AP) en vue de prendre en charge « rapidement » les revendications des travailleurs. Dans une déclaration à l’agence APS, en marge d’une cérémonie consacrée à la récompense des lauréats du concours national de composition épistolaire 2021, Boumzar a déclaré : « Nous avons instruit la direction générale d’Algérie Poste de prendre en charge rapidement les revendications des travailleurs qui ne datent pas d’hier. C’est un cumul de plusieurs années, dont certaines datent de 2003 ». 

Il a affirmé que les employés d’Algérie Poste « ont eu beaucoup de promesses, mais certaines n’ont pas été concrétisées », rappelant à ce propos que la direction générale d’AP a déjà répondu aux premières revendications. Le ministre a, en outre, appelé les postiers, qui ont assuré  »avec bravoure » la continuité du service public en pleine crise de Covid-19, à « faire preuve de sagesse en rejoignant leurs postes de travail, d’autant que cette période qui coïncide avec le début du mois sacré de Ramadhan connait une grande affluence des citoyens sur les bureaux de poste, notamment les salariés et les retraités ». « La prise en charge des revendications des employés se fera dans la sérénité, avec des représentants légaux », a assuré le ministre.

Colloque MDI