Vers la création de deux écoles supérieures des mathématiques et de l’intelligence artificielle

Vers la création de deux écoles supérieures des mathématiques et de l'intelligence artificielle

Le Gouvernement a examiné, ce mercredi 14 avril 2021, deux projets de décrets exécutifs portants sur la création de deux écoles supérieures des mathématiques et de l’intelligence artificielle.

« Le Gouvernement a entendu un exposé présenté par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique relatif à deux (02) projets de Décrets exécutifs portant création de deux écoles nationales supérieures de mathématiques et d’intelligence artificielle », lit-on dans le communiqué des services du Premier ayant sanctionné la réunion du Gouvernement présidée par Abdelaziz Djerad.

La même source a précisé : « Ces deux Ecoles Nationales Supérieures, d’une capacité de 1.000 places pédagogiques chacune, seront régies par les dispositions du décret exécutif n° 16-176 du 14 juin 2016 fixant le statut-type de l’école supérieure et auront leurs sièges à Sidi Abdellah. »

« La création de ces deux écoles s’inscrit dans le cadre des orientations de Monsieur le Président de la République relatives à la création de pôles d’excellence ainsi que la stratégie nationale pour le développement du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en vue de la mise en place d’instruments de formation hautement spécialisés nécessaires au développement de l’économie de la connaissance et des nouvelles technologies », a ajouté le même communiqué.

Par ailleurs, le Gouvernement a entendu un exposé présenté par la Ministre de la Formation et Enseignement Professionnels relatif au projet de Décret exécutif fixant les modalités de fonctionnement du Comité Ad-Hoc de conciliation préalable aux recours pour régler les litiges relatifs au contrat d’apprentissage, a indiqué le communiqué des services du Premier ministre.

« Ce projet de texte intervient pour déterminer le cadre juridique pour régler les litiges entre les parties contractantes et trouver des solutions à leurs conflits, à travers la création au niveau de chaque direction de la formation et de l’enseignement professionnels de wilaya d’un comité ad hoc de conciliation préalable à tous recours, dans tous les cas de non respect des conditions d’exécution du contrat d’apprentissage », a précisé la même source.

Colloque MDI