Valeur du Dinar et inflation : les explications du ministre des Finances

Manque de liquidités : Injection d'une grande quantité d'argent la semaine prochaine

Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, s’est exprimé, ce samedi, sur la valeur de la monnaie nationale « Dinar », l’inflation et ses répercussions sur les prix des différents produits alimentaires.

Dans des déclarations à la presse en marge du lancement officiel des services de certification et de signature électronique au Centre international des conférences (CIC) à Alger, le ministre des Finances a déclaré que l’inflation est « maîtrisée » et que les prix des produits n’ont pas augmenté mais « ajustés ». 

« L’inflation est très maîtrisée en Algérie par rapport à ce qui se passe ailleurs dans le monde. Vous n’avez qu’à voir les prix », a-t-il dit en réponse à une question d’une journaliste sur l’inflation et la hausse des prix des produits.

Selon le ministre, les prix n’ont pas augmenté mais ont été « ajustés un tant soit peu, mais pas à ce niveau-là dont certains veulent le faire croire », a-t-il dit, en ajoutant : « Je vous assure, les prix sont à la portée ».

Le Dinar n’est pas en situation d’effondrement

Concernant la valeur de la monnaie nationale « Dinar », Aymen Benabderrahmane a estimé que  « la monnaie nationale devrait enregistrer un regain avant la fin de l’année en cours », soulignant que le secteur s’atèle actuellement à « une réévaluation de la monnaie nationale selon les capacités de l’économie nationale ».

Le ministre a déclaré : « Le décollage économique que connaîtra l’Algérie dans les prochains jours à la faveur du lancement de plusieurs projets de développement va permettre à la monnaie nationale de retrouver sa force économique et son pouvoir libératoire ».

« La monnaie est le miroir de l’économie », a-t-il dit, en ajoutant : « La monnaie nationale n’est pas situation d’effondrement comme le prétendent certains mais plutôt en reprise ».

S’agissant du lancement des services de certification et de signature électroniques, le ministre a expliqué que ces services aideront l’environnement économique national, particulièrement les transactions bancaires, commerciales, assurances, douanières et les domaines de l’Etat. Selon lui, ces services auront « une plus value très positive » sur l’économie nationale.

Colloque MDI