Des milliers de manifestants dans la rue ce vendredi : le Hirak confirme son retour

Hirak à Alger
Des milliers de manifestants ont marché, vendredi 26 février 2021 au centre de la capitale Alger, dans le cadre du mouvement populaire "Hirak". (Crédit photo : Djaafar khelloufi https://twitter.com/DKhelloufi)

Des milliers de manifestants sont descendus dans la rue ce vendredi 26 février 2021 dans plusieurs villes du pays pour marquer le retour des manifestations hebdomadaires du mouvement populaire « Hirak », suspendues depuis le mois de mars 2020 pour cause de la pandémie du coronavirus (Covid-19).

Les marches d’aujourd’hui (106ème vendredi) interviennent après celles de lundi dernier à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak déclenché le 22 février 2019. Jeudi soir, des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour le respect du port du masque lors des marches d’aujourd’hui.

Des marches ont eu lieu étaient également à Alger, Bejaïa et Tizi Ouzou, Bouira, Sétif, M’sila, Bordj Bou Arreridj, Oran, à Bordj Bou Arreridj, Constantine, à Tiaret,Chlef,  Mostaganem, Oran, Tlemcen, Ain Témouchent, Annaba, Skikda, Jijel, Tebessa, Khenchela, Béchar, El Oued, Ghardaïa…

Des slogans contre le système ont été scandés. « Le peuple veut la chute du régime ». Les manifestants ont également repris les slogans connus du Hirak : « Etat civil et pas militaire », « Algérie libre et démocratique », « Silmya Silmya ».

Forte mobilisation à Alger 

A Alger, dès le matin, des camions de la police avaient pris position à proximité des principales places du centre-ville et des barrages filtrants ont été installés sur plusieurs axes routiers menant à la capitale.

Malgré le dispositif policier déployé et l’interdiction des rassemblements pour des raisons sanitaires.La mobilisation a été imposante au centre-ville de la capitale Alger, lieu traditionnel du déroulement des marches du Hirak.

Des milliers de manifestants ont convergé vers Alger Centre vers 14h00 de l’après-midi après la prière du vendredi. Des cortèges sont formés dans plusieurs quartiers de la capitale notamment Bab El Oued pour rejoindre le centre-ville d’Alger.

Selon une vidéo partagée sur Twitter par le journal en ligne, les forces de l’ordre ont utilisé matraques et gaz lacrymogènes sur une grande artère de la capitale quand des manifestants ont forcé un barrage de police pour rejoindre la Grande Poste.

Plusieurs arrestations opérées dans plusieurs wilayas (CNLD)

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a signalé l’arrestation de manifestants (homme et femmes) dans plusieurs wilayas notamment à : Tiaret, Skikda, Annaba, Tlemcen, Khenchela, Oran, Tizi-Ouzou, Sétif, Blida, Chlef, Bouira, Tizi-Ouzou, Touggourt, Batna…

A Oran, selon le CNLD, au moins 120 personnes dont une vingtaine de femmes ont été arrêtées brutalement par la police. A Tiaret, ce sont 23 personnes qui ont été interpellées par la police, selon la même source.

Selon le vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), Said Salhi, certains des manifestants arrêtés ont été relâchés, d’autres pas encore.

 

 

Colloque MDI