Covid-19 : l’Institut Pasteur confirme la détection du variant britannique en Algérie

L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a confirmé, ce jeudi soir, la détection du variant britannique du Covid-19 en Algérie. L’IPA confirme ainsi l’information rapportée par le journal El Watan dans son édition d’aujourd’hui. Selon la même source, les deux cas de ce variant britannique ont été détectés chez un membre du personnel d’un hôpital psychiatrique de Chéraga (Alger) et un  immigré rentrant de France pour l’enterrement de son père.

« Dans la continuité des activités de séquençage des virus SARS-CoV-2 mises en place par l’Institut Pasteur d’Algérie et dans le contexte de la surveillance active des variants circulants dans le monde par les laboratoires de référence de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Institut Pasteur d’Algérie a détecté sur des PCR positives, datées du 19 février 2021, deux variants britanniques portant les mutations N501Y et D614G avec délétion des positions 69-79 qui sont des signatures génétiques de ce variant (Détecté pour la première fois le 20 septembre 20 20 dans la ville de Kent en Grande Bretagne) », indique l’Institut dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

« Ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l’EHS de Psychiatrie de Chéraga (Isolé actuellement) et chez un immigré retournant de France pour l’enterrement de son père », précise la même source.

« Des alertes ont eu lieu auparavant (Notamment au CHU Beni Messous et récemment à l’EPH Zmirli) et dont les résultats de la recherche des 04 variants (De Grande Bretagne, d’Afrique du Sud, du Brésil et du Japon) ont été négatifs (souche classique) », ajoute l’Institut Pasteur.

« A titre d’information, le nombre de pays et territoires où se trouve le variant britannique (COV202012/01) du coronavirus s’élève à 86, soit six de plus par rapport à la semaine du 07 février, a annoncé mercredi l’OMS », indique encore le même institut, ajoutant que « les Données récentes montrent que le variant britannique va devenir le virus dominant dans les prochains mois. »

« Sur le plan épidémiologique, l’Algérie a enregistré ces dernières semaines une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par le coronavirus Covid-19 », note l’IPA. « Cependant, il est important de rappeler encore une fois que la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire sont les meilleurs garants du maintien de la stabilité enregistrée actuellement », conclut la même source.