Variant anglais de la COVID-19 en Algérie : Ce qu’a dit Benbouzid

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, s’est exprimé, ce jeudi 25 février 2021, sur le variant anglais de la covid-19. Interrogé par les journalistes pour savoir si des cas de ce variant ont été détectés en Algérie, Benbouzid, qui n’a ni confirmé ni infirmé, a indiqué seulement qu' »avoir le variant n’est pas une source d’inquiétude. »

Rappelant que le variant anglais est présent dans des dizaines de pays, Benbouzid a estimé qu' »avoir le variant n’est pas une inquiétude particulière ».

« Quoi qu’on dise, l’expérience acquise a démontré que ce qui est dit maintenant peut être dit autrement après. Et puis, comme on a pu avoir un vaccin contre le Sars-Cov-2, on aura un vaccin ou on améliorera les vaccins contre le variant », a-t-il expliqué, lors d’un point de presse animé en marge d’une conférence internationale sur la stratégie de l’Algérie de lutte contre le coronavirus à Alger.

Benbouzid a insisté sur le fait qu' »avoir le variant à l’instar de dizaines de pays dans le monde, n’est pas une source d’inquiétude particulière ». « Comment savoir qu’il y a le savoir? Il faut séquencer », a indiqué le ministre de la Santé. « Trouver le variant indique que vous avez le variant mais, vous ne savez pas quelle est sont expansion dans le pays ». 

Interrogé par les journalistes sur la détection des cas de ce variant en Algérie, Benbouzid a passé la parole au directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar.

Ce dernier a rappelé : « depuis le début de la pandémie, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), nous effectuons des tests PCR et sur un nombre restreint de PCR, on effectue des recherches de séquençage et nous mettons à jour des rapports qui sont adressés, de concert avec le Comité scientifique, aux autorités de santé. Nous sommes en train de finaliser une mise à jour des rapports sur les séquences qu’on a trouvées, et une fois ces rapports transmis aux autorités sanitaires, vous aurez les dernières  mises à jour dans la transparence la plus totale ».

Reprenant la parole, Benbouzid a expliqué : « Quand nous avons un, deux, trois ou quatre variants du virus et que le nombre quotidiens de contaminations est moins de 200 cas et celui des décès est bas, cette situation n’est pas comparable à celles dans des pays qui enregistrent des dizaines de milliers de cas par jour et les variants. » Pour Benbouzid : « Cela nous laissera, avec la stabilisation de la situation épidémiologique, être un peu plus vigilants. »

Deux cas du variant anglais détectés à Alger, selon El Watan

Dans son édition d’aujourd’hui, le journal El Watan a rapporté que deux cas du variant anglais ont été détectés en Algérie, plus précisément à Alger.

Le quotidien national a indiqué que « le variant anglais du virus Sars-CoV-2 a été détecté, le weekend dernier par l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), chez deux personnes testées positives à la Covid-19 à travers les tests RT/PCR. Une détection faite à l’issue des nombreux séquençages des échantillons lancés dans le cadre des investigations et de la surveillance du virus au niveau de l’unité à Sidi Fredj, qui dispose de deux séquenceurs. »

« Il s’agit d’une jeune infirmière exerçant à l’hôpital psychiatrique de Chéraga, à Alger, testée positive au variant anglais, actuellement en isolement, et d’un jeune homme qui a été prélevé au niveau de l’IPA, où il s’est rendu pour faire son test PCR », a précisé la même source, qui a ajouté que « les résultats des analyses ont confirmé la présence du variant britannique chez ces deux personnes. »

La confirmation est tombée il y a deux jours, a affirmé une source à El Watan qui a précisé : « Le séquençage génomique a été effectué sur plusieurs tests PCR positifs qui présentaient des doutes. Des analyses sont toujours en cours ». Cependant, l’origine de ces contaminations au variant anglais n’est pas encore identifiée.

 

Colloque MDI